Transposition des métiers artistiques : la direction doit revoir sa copie !

La direction de France Télévisions vient de proposer son annexe à l’accord collectif concernant la transposition des métiers artistiques des salariés en contrat CDI. Cette transposition ne devrait avoir aucun impact sur les rémunérations, pourtant la délégation Force Ouvrière est scandalisée et très inquiète pour l’avenir de ces métiers.

metteur en scène

La direction prévoit de classer les métiers artistiques sur des grilles différentes des journalistes ou des PTA.

Les adjoints au producteur artistique, les animateurs radio, les présentateurs, les directeurs photos, les réalisateurs d’émission, les réalisateurs d’habillage ou d’autopromotion et les producteurs artistiques sont transposés sur des grilles intitulées « A » et classées de 1 à 3 sur des minima placés de 31.000 € à 40.000 €. Les autres métiers artistiques (animateurs TV, programmateurs, collaborateurs spécialisés d’émission, directeur de production…) ont-ils totalement disparus des grilles ?

Le dispositif ne prévoit pour l’instant aucun niveau de placement, aucune évolution.

La direction se dit dans l’incapacité actuelle de répondre si les métiers artistiques sont classés en cadre ou non-cadre. Pour la direction, « les salariés des métiers artistiques sont bien au dessus de ces considérations… ».

Concernant le temps de travail, la direction projette une organisation sur un décompte annuel en jours travaillés réduits (temps partiel) et « à titre exceptionnel, l’entreprise peut établir des contrats de travail à temps plein ». Le texte stipule que « dans ce cas afin de garantir une activité régulière, le salarié n’est pas uniquement engagé sur son emploi principal ou son périmètre de référence et peut exercer des activités nécessitant des compétences proches et répondant aux besoins des différentes antennes de proximité. ». Est-ce la porte ouverte à la polycompétence et à la mobilité géographique ?

De plus, il semble que la direction de France Télévisions profite de la négociation de cette annexe pour tenter de maintenir les «CDI cachetiers » dans la société, même si de nombreux contrats ont été effectivement régularisés.

Le « CDI cachetier »  est un concept hybride entre CDDU et CDI, un contrat de travail lié à une grille de programme ou à une émission.

Pour notre syndicat il n’existe que deux types de contrats : des CDI ou des CDD. L’article L 121-5 du Code du travail stipule « que le CDI c’est la règle ». Conformément à l’accord collectif de branche de télédiffusion si un CDD dispose d’un nombre important de jours travaillés dans l’entreprise, il est en droit de demander une requalification de son contrat en CDI. A partir du moment où un salarié « métiers artistiques » dispose d’un CDI, il bénéficie des mêmes droits que n’importe quel autre salarié de l’entreprise. FO ne négociera jamais des CDI au rabais !!

Le texte s’achève sur des dispositifs permettant aux CDI « métiers artistiques » de quitter l’entreprise ou d’être « repositionnés ». L’objectif est sans doute de faire remplacer des animateurs, présentateurs par des journalistes ou des réalisateurs par des opérateurs vidéo ? La délégation FO a martelé les différences primordiales entre ces métiers, mais sans suscité l’intérêt de la direction…

Pour Force Ouvrière le projet est inacceptable en l’état ! Le syndicat exige une égalité de traitement entre tous les salariés CDI de France Télévisions. La délégation patronale se défend en arguant que « le projet de texte nécessite une décodification et un accompagnement car France TV vient de fusionner six entreprises en une. Les pratiques concernant les CDI métiers artistiques étaient très diverses dans les entreprises… ».

Les « métiers artistiques » sont au cœur de la télévision publique. Ces salariés sont bien souvent l’image ou la voix des stations et des télévisions de France Télévisions. Et pourtant, ils sont déconsidérés et mis sur la touche. Ils sont effarés par la méconnaissance de leurs métiers et de leurs activités.

Nous demandons à la direction de revoir sa copie. Le dialogue n’est pas rompu, une nouvelle date de réunion est prévue à la fin de ce mois. FO souhaite qu’un accord soit trouvé pour intégrer convenablement à France Télévisions les salariés des métiers artistiques.

Le syndicat Force Ouvrière se battra pour tous les salariés qui contribuent aux programmes de nos antennes, le cœur de métier de France Télévisions. Ils doivent avoir au même titre que tous les autres salariés une reconnaissance de leurs compétences, de leurs qualifications, de leurs expériences professionnelles et en conséquence avoir des grilles de salaires qui correspondent à la réalité de leur travail. 

Related posts

Leave a Comment