Déclaration liminaire au CSE Siège des 7 et 8 décembre 2020

LA TELEVISION EN MARCHE

 

C’est presque un slogan à france•tv. Pourtant les objectifs de la direction sont et seront difficiles à concrétiser : TRANSFORMATION NUMÉRIQUE ET RÉDUCTION DES EFFECTIFS. La transformation numérique, tous les médias y vont et ce ne serait pas raisonnable de ne pas s’engager dans ce processus. Dans le même temps, il faut arriver à 900 suppressions de postes d’ici 2022. On peut déjà se dire que les 2 objectifs ne seront pas atteints dans les délais.

Aujourd’hui France Télévisions est une entreprise en crise technique. D’abord l’arrêt des travaux, dans lequel les directions successives ont toutes des parts de responsabilité car ce n’est pas à cause de la préfecture mais parce que France Télévisions, pendant des années, ne s’est pas mis en conformité avec les règles de sécurité. Puis est venue en mars la pandémie dont les effets n’ont pas fini de se faire sentir, et l’été dernier la cyberattaque qui a détruit une partie importante des équipements de la régie finale de france•3.

La crise est sociale aussi, les personnels travaillent dans ce stress et voient bien que tout est en train de bouger dans les circonstances évoquées ci-dessus. Les personnels et Force Ouvrière sont inquiets des conséquences sur l’avenir de leur travail et les conditions dans lesquelles ils doivent déjà travailler. Le bruit se répand que la RCC n’atteindra pas son objectif. Les mutualisations sont toujours l’occasion de réductions de personnel.

Dans cette ambiance délétère, à la DIRECTION DE LA COMMUNICATION, les salariés CDI se voient contraints de postuler sur plusieurs postes. C’est une sorte de loterie, pas une façon de gérer le personnel. Les salariés qui n’ont postulé que sur un seul poste, parce qu’un seul poste leur correspond, sont qualifiés de joueurs. Toujours est-il qu’il reste 10 postes non pourvus dans cette joyeuse direction.

Force Ouvrière demande que les postes soient ouverts à la mobilité interne et d’engager les plans de formation nécessaires. Nous rappelons que la mobilité interne est une, sinon la, priorité de notre nouvelle DRH. Les effectifs prévus ne comptent pas de CDD et aucun remplacement des personnels aujourd’hui absents.

Le CENTRE DE DIFFUSION ET D’ÉCHANGES (CDE) est en panne. Le travail des chefs de chaîne est mutualisé mais ceux de france•3 sont toujours à Varet, le site dont on nous dit qu’il est fermé. D’autres salariés sont effectivement rassemblés et travaillent déjà de façon transversale malgré le manque de formation adéquate. Ils partagent les tâches et les locaux avec leurs nouveaux collègues dans des conditions matérielles et contractuelles disparates. Les 15 salles de contrôle qualité ne sont plus que 8 et l’on voit bien le lien entre automatisation des tâches et réduction d’effectifs. Les locaux ne sont pas terminés, les formations des personnels pas réalisées, mais il faut déjà travailler comme si c’était le cas. Le nouveau calendrier et les quelques changements de processus auront du mal à convaincre les salariés. Les délégués syndicaux de FO ne le sont pas encore.

L’immeuble Valin va accueillir la NOUVELLE RÉGIE IP totalement automatisable. Elle servira logiquement de modèle pour les futures régies du siège.

OPENMEDIA ouvre le champ des possibles et permet la conduite d’antenne via une régie automatique.

Aujourd’hui ce sont des hommes et des femmes qui travaillent à france•tv. Le projet coordonné qui définit le futur du groupe donne de plus en plus de poids à la robotisation et vous oubliez souvent de considérer les personnes. Force Ouvrière regrette de voir France Télévisions se déshumaniser.

L’ART ET LA MANIÈRE… Au revoir les illustrateurs sonores, fin de partition. Dans la précipitation, dans l’irrespect des règles et des usages qui auraient voulu plus d’anticipation des conséquences, une réflexion sur la transformation du service avant une présentation aux instances, la formation des personnels impactés et, pour finir, la fermeture du service et l’accompagnement de ses salariés. Pour FO, vous avez pris le problème à l’envers. Vous avez décidé de fermer le service sans égard pour les salariés, vite, avant les fêtes de Noël.

Alors que la solution de remplacement, un service de banques de musique en ligne, n’est pas encore opérationnelle, les monteuses et monteurs reçoivent des mails commerciaux. Les robots de la sécurité informatique n’ont rien détectés. Pourtant ça va faire du bruit…

COUP DE GUEULE DEPUIS L’ALGECO. La régie lumière et la Remote se retrouvent dans un Algeco sans fenêtre, dans la cour jusqu’au mois de juillet 2021. Quatre salariés dans 15 m2 en pleine pandémie. Ces salariés travaillent sans voir la lumière du jour, d’arrache-pied depuis fin août pour rattraper le déficit d’activité du printemps 2020. Il y avait peut-être là aussi d’autres solutions à trouver. Force Ouvrière soutiendra les salariés de la Fabrique dans leurs revendications.

NEUF MOIS DÉJÀ. Neuf mois que nous attendons des réponses aux questions posées lors des débats sur les affaires de harcèlement à francetvsports. Des questions posées à chaque CSE depuis. Force Ouvrière attend des explications sur les mesures de prévention du harcèlement et de promotion de l’égalité femmes-hommes, qui n’ont pas empêché la survenue des cas dont on a parlé dans les couloirs, dans la presse et dans plusieurs CSE.

La renégociation de l’Accord en faveur de l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes a commencé la semaine dernière et les suites de ces affaires y seront abordées.

Nous vivons avec un déséquilibre en faveur des hommes depuis toujours et cette stabilité est un problème. Nous devrons nécessairement accepter une période où le déséquilibre sera en faveur des femmes avant d’alterner de nouveau. C’est le déséquilibre qui nous permet d’avancer.

 


Version PDF 
[pdf-embedder url= »https://fo-francetele.tv/wp-content/uploads/2020/12/Declaration-liminaire-au-CSE-Siege_7.12.2020.pdf » title= »Déclaration liminaire au CSE Siège_7.12.2020″]