LA FABRIQUE AU SIÈGE : Coup de gueule depuis l’Algeco

Depuis la rentrée (fin août), la situation de la reprise d’activité au niveau des plateaux et régies du siège est menée tambour battant, avec un sous-effectif dans certains secteurs comme à l’éclairage ou pour les cadreurs.

On essaie de rattraper le temps perdu (pendant le premier confinement en mars et avril) coûte que coûte en densifiant l’activité. En faisant fi des règles sanitaires élémentaires (gestes barrières inexistants) pourtant évoqués dans toutes les communications internes.

La régie 3 est fermée au profit des cars de Lille ou de Strasbourg.

La régie lumière et la Remote se retrouvent dans un Algeco sans fenêtre, sans confort, dans la cour, alors que nous sommes toujours en pleine pandémie ; pour notre organisation syndicale c’est une honte !

La déprime est assurée, avec les risques psychosociaux qui vont avec !

Les personnels des plateaux et régies siège se sentent les grands oubliés depuis la rentrée (sauf au niveau de l’activité). Les rythmes de travail sont tels que nous n’avons même pas le temps de nous former sur les nouveaux équipements pour la lumière, et que nous nous retrouvons “la boule au ventre” pendant les directs avec du matériel mal maitrisé, sans accompagnement en production !

En grande majorité, les salariés des plateaux ne sont pas éligibles au télétravail et se retrouvent dans l’obligation de venir sur site.

Pour les petits détails qui finissent d’empoisonner le moral, à la fin de la journée de travail, la direction pinaille sur les remboursements kilométriques à partir de 21 heures, alors qu’elle autorise les taxis !

Cela est incompréhensible et surtout beaucoup plus onéreux pour l’entreprise et moins, beaucoup moins, pratique pour les salariés !

Nous alertons ici la Direction de la Santé et de la Qualité de Vie au Travail (DSQVT)
pour qu’un coup de projecteur soit mis sur notre triste quotidien !