Référendum FO : Quel TÉLÉTRAVAIL à france•tv ?

À vous de choisir !

Les négociations pour un accord spécifique sur le télétravail dans notre entreprise sont désormais terminées. Revendiquées par FO dès le printemps dernier et obtenues lors du CSE central de juillet, elles ont débuté au début du mois de septembre.

Après 6 mois de débat, nous en sommes désormais à la proposition d’un texte mis à la signature des organisations syndicales représentatives jusqu’au 18 mars. Pour connaître les dispositions actuelles, cliquez ICI.

Quelles conséquences ?

  • Si l’accord est signé, il s’appliquera en lieu et place des dispositions actuelles,
  • S’il n’est pas signé, les 4 pages de l’annexe 2 de l’accord QVT continueront à s’appliquer.
    Pour en prendre connaissance, cliquez ICI.

Qu’en pense FO ?

Nous sommes satisfaits des avancées mais regrettons qu’il n’ait pas été possible d’aller plus loin, notamment sur la prise en charge des frais ou l’accès au haut débit. À l’issue de la dernière négociation, retrouvez ICI notre communication du 12 février.

Malgré ces réserves, il existe des avancées par rapport à la situation existante.

 

Voyez les différences dans ce tableau :

* Télétravail en cas de force majeure
** Notion de travail pendulaire pour un salarié planifié sur 5 jours

 

À vous de vous prononcer !

Une seule question : Êtes-vous favorable (OUI), ou pas (NON), à la signature de cet Accord Télétravail.

Votez sur le formulaire « Référendum Accord Télétravail » :

 

 

Cliquez ICI

Clôture du vote le 17 mars à 23h !

 

 

25 réflexions au sujet de “Référendum FO : Quel TÉLÉTRAVAIL à france•tv ?”

  1. Oui a un accord car celui actuel est totalement out.
    Reste qu’il est triste de voir le retard pris par rapport à d’autres entreprises:
    – Nombre de jour, l’augmentation uniquement de 0,5 montre une volonté de rester dans les anciens mode de fonctionnement . Position très conservatrice. 3J aurait permis de répondre à plus de possibilité et de simplification.
    – Montant ridicule de participation, déconnecté de la réalité. Démontre une volonté de limité par l’aspect financier le télétravail dès salariés le souhaitant.
    – Matériel fournis. L’absence de fourniture d’un écran – fournis même par des sociétés de service à leur salarié – est révélatrice aussi. Idem pour l’absence d’une participation pour un siège comme montré dans des sujets diffusé sur nos antennes par des entreprises. 2 gros point noir et un investissement obligé pour travaillé dans des conditions normales.
    – Aximove que je trouve une bonne initiative de l’entreprise sera t’il maintenu pour l’ensemble des salariés ? Uniquement en télétravail ? ou pas du tout ?

  2. Toujours mieux que rien, mais FTV est très mauvaise quand on compare aux entités du numériques d’aujourd’hui.

    On a l’impression que la direction fait « une fleur » aux salariés mais qu’en est-il de leurs gains.
    Une entreprise peut réorganiser les lieux de travail en fonction de ce télétravail et y gagner de la surface, de l’énergie etc…ca serait intelligent à condition que le salarié ne soit pas lésés (frais bien remboursé..) La subvention cantine n’est même pas remboursé ou prise en compte.
    Ou est ce le souhait de la direction de gagner sur les deux tableaux ?

    Je ne vois rien dans cet accord qui garantie des conditions de travail pérenne sur site pour le personnel en télétravail ? Poste fixe ou poste mobile sur le lieu de travail ? si oui sous quelles conditions ?

  3. Bonjour,

    -240€ est dérisoire (frais d’installation, frais de connexion et de téléphone mobile, assurance, chauffage/électricité, impression papier, etc…)
    Cette somme est en plus à déclarer (impôts/charges), alors que ce sont de vrais frais engendrés pour le travail
    -Perte des tickets restaurant pour les nouveaux embauchés (c’est limite mesquin…)

    L’équilibre n’y est pas.

    Etes-vous prêt à faire quelques concessions financières/matérielles, pour exercer depuis votre domicile ?

    Il ressort souvent que le salarié, bien qu’à la maison, se retrouve avec des journées à rallonge.

    Côté « flexibilité des jours » : qui fixe la planification : le salarié ou l’employeur ?

    • Ce n’est pas dérisoire, c’est limite injurieux. Je suis infographiste et dans cette somme ne sont pas décomptés les frais pour pouvoir utiliser légalement les outils mis à notre disposition à la station. After effects de la dernière version (location), mise à jour et achat de matériel informatique, son coût d’usage, l’électricité consommée sur l’ensemble de la journée, j’en déduis cela à une somme supérieure à 240 euros par MOIS!
      sans compter la pollution hors des heures de travail par des demandes, jusqu’à 21h30!
      à noter que dans notre centre, les tickets restaurants ont été purement et simplement supprimés.

  4. 1e info : 240 euros/an ne couvrent pas l’ensemble des dépenses à la charge du salarié (électricité, chauffage, internet, repas x 5 jours, éventuellement siège…). Ce sont bien les salariés qui perdent et FTV qui gagne.
    2e info : Les personnes actuellement en « télétravail sans avenant au contrat » (j’en déduis, Télétravail COVID) ont obtenu des tickets restaurant ? Quelle chance ! Quelle Egalité de traitement !
    Bon, grâce à vous, il y a incontestablement des avancées mais assez minimalistes… si le texte est voté.

    • Je suis au siège et en TT depuis 1 ans sans aucun retour sur site, je n’ai jamais eu de ticket restaurant..

  5. Bonjour,
    Des avancées significatives il est vrai. Si le télétravail aujourd’hui est à son comble, il risque de rester important par la suite. C’est pourquoi il est essentiel que les collaborateurs puissent bénéficier du matériel nécessaire (fauteuil adapté – écrans) pour travailler dans de bonnes conditions. 240 €/an ne permettent pas l’achat de ce matériel, ni la couverture des frais engendrés par le Télétravail.
    De plus, pouvoir télétravailler dans des conditions comparables à notre lieu de travail habituel, c’est assurément contribuer à ne pas rallonger les journées de travail et prévenir de risques physiques (maux de dos, sciatiques, migraine…)

    • Bonjour,

      Sur les journées à rallonge, c’est effectivement un point sur lequel il faut faire attention. L’accord mentionne des garanties sur le droit à la déconnexion, conformes aux lois en vigueur à ce sujet.

      Sur les 240 € max, c’est toute la difficulté du sujet. C’est ce que nous avons écrit dans notre tract du 12 février (lien dans notre texte ci-dessus). Nous n’avons pas obtenu tout ce que nous souhaitions, d’où ce référendum : faut-il signer (et acter les avancées qui existent) ou au contraire ne pas signer (parce que ça ne va pas assez loin) ?

  6. J’ai voté pour cet accord. Mais je pense qu’il faudra peut-être rediscuter de certains points évoqués par Régis : ergonomie de l’installation du poste de travail à domicile. Les 240 € / an : très bien mais c’est brut et impossable. N’y a-t-il pas possibilité que cette somme soit traitée comme « remboursement de frais engagés », de manière forfaitaire ? Ce qui permet que la somme soit nette et hors impôt ?

    • Bonjour,

      Les négociateurs ont poussé pour obtenir ce que nous avons décrit dans notre tract du 12 février (lien ci dessus). Nous sommes arrivés à ces propositions, qui ne vont pas jusque là. D’où notre référendum ! Faut-il signer cet accord (et acter les avancées obtenues) ou ne pas signer (parce que ces avancées ne vont pas assez loin) ? C’est toute la question !

  7. Je suis « pour » la signature, mais quand est-il sur la prise en charge des transports ?
    Les remboursements seront-ils toujours axés sur 50% du prix des billets ?
    En effet, les billets à l’unité sont plus chers que les abonnements divers (mensuel, annuel …).

    • Bonjour,
      Oui, c’est un point important ! Avec cet accord, la prise en charge des transports restera la même : et sur l’ensemble de l’année (y compris les périodes en télétravail)

  8. Qu’en est-il exactement des tickets repas?
    Article I-3.5 : « De plus, aucun ticket restaurant ou aucune autre indemnité liée au repas ne seront versées au salarié pour les jours ou demi-journées effectués en télétravail, sauf pour le salarié qui en bénéficie à la date de signature du présent accord »
    Les personnes actuellement en télétravail sans avenant au contrat mais qui en feront la demande conserveront-ils les tickets restaurant?

    • Si l’article est respecté, oui. Le salarié qui en bénéficie à la date de signature du présent accord, continuera à en bénéficier.

  9. Bonjour, je suis pour le télétravail, à l’équilibre. Comme vous le précisez, 1°) sur la base du volontariat, 2°) de façon flexible (c’est le plus productif !), 3°) sur 2, voire 3 jours maxi pour celles et ceux qui le souhaitent. Pour la prise en charge de frais, merci à vous de faire le maximum, sachant qu’il est important aussi que nous ayons tous le matériel nécessaire. Ce n’est pas encore le cas, notamment vis à vis des téléphones portables. A quand la disparition des téléphones fixes et la dotation de téléphones portables à tous, notamment celles et ceux qui bossent en télétravail depuis un an sur leur tel perso ? Merci à vous pour tout ce travail. Cordialement,

    • Bonjour,

      Sur les téléphones portables, il est prévu que tous les salariés qui le souhaitent puissent être équipés très bientôt.
      Sur le reste, la direction n’est pas allée plus loin que ce qu’elle précise dans cette dernière version. Elle n’est pas disposée à aller plus loin.

    • C’est une bonne nouvelle !
      Faut-il au préalable en faire la demande ou serons-nous informés de fait ?
      Merci à vous pour ces informations.
      Bonne journée.

    • Oui, c’est une bonne nouvelle. Ce sera proposé par la direction qui informera les salariés le moment venu.

  10. Oui à la signature d’un accord mais avec plus d’accompagnement.
    Les 240euros/an ne couvrent pas l’ensemble des dépenses qui seront à la charge du salarié (électricité, chauffage, consommation internet, repas…), même si sur d’autres points nous dépenserons un peu moins.
    Par contre, le temps de travail en télétravail est en général plus important.
    Du coup il faut prendre en compte les conditions logistiques du télétravail et les risques liés à l’exercice de son métier à domicile.
    Si la base de la rémunération ne sera peut-être pas revue, est-ce possible d’avoir un accompagnement et une prise en charge d’une partie de la logistique nécessaire au télétravail (Fauteuil adapté, écran(s), ordinateur) ?Certains salarié ont eu des soucis de dos ou sciatique parce que leur domicile ne disposait d’un espace complétement adapté. Cela pourrait prendre la forme d’une mise à disposition tant que le salarié exerce en télétravail.

  11. Pourquoi 2,5 jours de télétravail ?
    La notion de demi journée ne paraît pas appropriée car le but du télétravail est aussi de réduire les trajets domicile/bureau, donc sur des journée entière.

    • J’ai compris que c’était 2,5 jours « en moyenne » et qu’il fallait privilégier des journées complètes. Cela voudrait-il dire qu’on pourrait opter pour 2 jours une semaine et 3 jours la semaine d’après ??? Car en effet l’incitation à poser une demi-journée de repos dans le cas où on opterait pour une demi-journée de télétravail me paraît insensée.

    • Sophie a raison, c’est la notion de travail pendulaire pour un salarié planifié sur 5 jours : 2 jours une semaine et 3 jours la semaine d’après, par exemple.

Les commentaires sont fermés.