L’Emission Pour la Terre: Information citoyenne ou bourrage de crâne?

Une émission spéciale du service public “pour sauver la planète …et l’Humanité (rien de moins)! L’ambition était peut-être louable. A l’arrivée, deux-heures et demi de propos apocalyptiques sans le moindre débat ni véritable expertise scientifique. Avec, en sus, une incroyable séquence à la gloire de la très controversée Greta Thunberg. 

Les meilleures intentions du monde – et de la planète – peuvent-elles donner lieu à une dérive éditoriale indigne du service public?

C’est la question qu’on est en droit de se poser après la soirée spéciale de france•2 “L’Emission pour la Terre“, diffusée en prime-time mardi 15 octobre.

Autant préciser d’emblée, à Force Ouvrière, on n’est pas du tout climato-sceptiques et on est tout à fait favorables à ce que l’audiovisuel public remplisse pleinement sa mission d’information et de réflexion en sensibilisant les téléspectateurs aux défis du réchauffement climatique.

C’était d’ailleurs l’objectif affiché de l’émission réalisé en partenariat avec la fondation Nicolas Hulot : suggérer et promouvoir des solutions simples permettant à chacun d’intégrer dans son quotidien des nouveaux comportements plus vertueux et autres “actions concrètes” pour préserver l’environnement.

Mais cette intention louable a donné lieu – durant deux heures et demi – à un défilé de personnalités, militants écologistes, vedettes people, venus tenir des propos apocalyptiques sans nuances ni véritable expertise scientifique.

L’absence totale de débat est à l’évidence en contradiction avec l’article 2 du cahier des charges de france•tv qui garantit le “pluralisme des courants de pensée et d’opinion”, condition essentielle à “l’impératif de l’honnêteté de l’information”. 

Le point d’orgue de cette dérive a été sans conteste une longue séquence à la gloire de la très controversée Greta Thunberg, présentée abusivement comme “l’icône de toute une génération” et le porte-étendard de “la jeunesse du monde entier”, ce qui est loin d’être établi.

Plus grave encore, ce reportage de pure propagande consacré à Greta Thunberg récusait par avance toute “critique” et tout “argument” qui pourrait être opposé à l’action militante de l’adolescente, les assimilant à des “campagnes de haine”. Ceci faisant verser l’émission dans la confusion des sentiments, au détriment de tout rationalisme.

Dans son interview, Greta Thunberg a pu affirmer que l’état dépressif dont elle souffre est lié au “réchauffement climatique“, sans que la moindre autorité médicale ne vienne tempérer un diagnostic aussi inhabituel.

De telles dérives sur un dossier aussi important sont d’autant plus choquantes que des élections générales se tiendront en France au printemps et que les thèmes abordés – sans aucune rigueur – lors de l’émission constituent l’essentiel de l’agenda politique sur lesquels les candidats écologistes entendent faire campagne.

A Force Ouvrière, nous considérons que le dossier climatique est trop sérieux pour servir de prétexte à de telles dérives parfois très éloignées de la mission d’information qui est celle du service public de l’audiovisuel.

Très attaché à ce dossier, Yves Veyrier le secrétaire général de FO – météorologue de formation – entend bien inscrire cette urgence parmi les priorités de son action.

Dans le même esprit, le syndicat FO Médias fera preuve de la plus grande vigilance pour que l’information concernant cette urgence climatique soit traitée avec toute la rigueur qui se doit.

Lire aussi...