La ministre de la Culture rencontre FO Médias et FO France Télévisions

La ministre de la Culture, Mme Françoise Nyssen, vient de recevoir dans son bureau de la rue de Valois une délégation de FO Médias / FO France Télévisions et de la Fédération des Arts, des Spectacles, de l’Audiovisuel et de la Presse. C’est surtout la situation à France Télévisions qui a monopolisé l’intervention.

Il a évidemment été question de la réforme annoncée par le Président de République concernant l’audiovisuel public. Une réforme qui vise à prendre en compte les impacts du numérique et du global-média sur l’organisation des entreprises publiques du secteur. L’objectif étant de trouver des « synergies » face à une concurrence internationale accrue, tout en visant « l’excellence ». L’apport du service public dans un monde de plus en plus délinéarisé doit se différencier du privé, que ce soit dans d’organisation ou l’éditorial. La réforme devrait être lancée en début d’année prochaine.

FO Médias a critiqué les récentes annonces brutales du gouvernement sans aucune concertation préalable avec les organisations syndicales représentatives ; que ce soit la suppression de 80 millions d’€ sur les budgets de l’audiovisuel public ou sur les projets de fusion issus du document CAP 22 du ministère de la Culture. Nous appelons à davantage de concertations et de négociations de la part de nos tutelles afin que les projets de réforme soient discutés, d’autant que FO forme ses militants aux impacts du numérique sur les nouveaux emplois dans l’audiovisuel et les organisations de travail.

La ministre a réindiqué que le récent document qui a fuité dans la presse concernant les projets de fusions ou de démantèlement de certaines entreprises de l’audiovisuel public n’avait en aucun cas été validé par elle. Elle confirme que le Président de la République s’est engagé à ce que tous les interlocuteurs du secteur puissent prendre part au débat sur la future réforme.

FO Médias ne souhaite pas intervenir dans les choix de désignations des patrons de l’audiovisuel public. Mais nous voulons des dirigeants soucieux de garantir les missions de service public, et ce, dans un profond respect du dialogue social. Nous avons tout de même indiqué que « la stratégie de développement de l’activité » de France Télévisions dans la création de Franceinfo: ou du feuilleton quotidien à Montpellier allait dans le bon sens.

Un échange s’est engagé sur le nécessaire besoin de défendre tous les territoires de métropole et d’outre-mer. Il a été question de la motion de défiance des journalistes de la rédaction nationale qui ne représente qu’une toute petite partie du personnel.

FO Médias n’est pas défavorable à « une association » entre le réseau France 3 et France Bleu, mais s’inquiète des rumeurs de fusion avec des entreprises privées de la presse quotidienne régionale ou des télévisions locales. Nous ne sommes pas favorables à un « mélange de capitaux public-privé ». Nous interpellons la ministre sur les risques d’harmonisations des différentes conventions collectives qui risquent de fragiliser tout le secteur, ainsi que sur la gouvernance de ces structures : « qui va diriger, les présidents des grandes régions ? ». Nous marquons notre désapprobation la plus totale concernant le démantèlement régional de la filière production de France Télévisions. Nous dénonçons la suppression des éditions locales de France 3.

De même, FO Médias démontre à la ministre que les salariés de l’audiovisuel public n’ont pas à payer les pots cassés des dérives des différents gouvernements qui ont tous voulu « réformer » les uns après les autres, avec pour chacun « des plans de réductions budgétaires et des mesures de suppressions de personnels ». Nous rappelons que les fameux « rapport incestueux » dénoncés par le chef de l’État entre les producteurs privés et France Télévisions ont été rendus possible par la Loi : là-aussi les salariés subissent. Nous alertons le gouvernement sur les conditions de travail dégradées des salariés de l’audiovisuel, notamment des personnels administratifs qui ne sont plus remplacés et qui subissent un surcroit d’activité inadmissible.

Enfin, un débat s’est ouvert sur certains reproches fait à France Télévisions concernant « les gabegies », notamment « les frais des personnels ». Nous avons rappelé à la ministre que la grille salariale de la convention collective de France Télévisions prouve que les salaires du service public sont inférieurs à ceux du privé. Pour terminer et dissiper tous les fantasmes, nous proposons, comme pour la BBC, de « rendre public les 200 salaires les plus importants de l’audiovisuel public, puisqu’il s’agit d’argent public ».

De gauche à droite : M. Eric Vial | Secrétaire Général FO Médias – DSC FO France Télévisions, Mme Françoise Nyssen | Ministre de la Culture, et Mme Françoise Chazaud | Secrétaire Générale de la Fédération des Arts, des Spectacles, de l’Audiovisuel et de la Presse – FO

 

Lire aussi...