Force Ouvrière défend votre salaire

France•3 Normandie

Le comité des salaires vient d’avoir lieu à France•3 Normandie. FO a négocié les revalorisations salariales pour les salariés ayant donné l’autorisation d’examiner leur situation, sans parti pris politique, religieux ou philosophique.

Conformément à l’accord collectif de France télévisions, vos élus et mandatés FO de Normandie ont défendu vos revendications individuelles.

FO, le syndicat de la fiche de paye.

Ce combat vient s’ajouter à ce que Force Ouvrière a obtenu seule en NAO (Négociation Annuelle Obligatoire) au niveau de l’entreprise, soit, une mesure générale pour tous les salariés proportionnellement à leur salaire; ce qui n’avait plus cours dans l’entreprise depuis des années.

La hausse est rétroactive depuis janvier.

+ 5,6% en moyenne pour les plus petits salaires, souvent oubliés des promotions individuelles.

Une prime d’ancienneté pour tous, valorisée de 1,4%. 

Pour FO, ces revalorisations sont bien sûr insuffisantes au regard de l’inflation de ces dernières années (12% sur 3 ans), de la valeur réellement créée à France Télévisions par le travail des salariés et de la faiblesse de la politique des rémunérations qui conduit à la paupérisation progressive des personnels. Une situation de plus en plus difficile à vivre qui s’inscrit dans un contexte politique qui renforce les inquiétudes sur l’avenir de l’entreprise. 

FO, la force de l’indépendance.

Depuis sa création, Force Ouvrière s’est construite sur l’indépendance, le rejet de toute emprise et instrumentalisation politique. FO réaffirme son opposition à toute forme de racisme et de rejet de l’autre, ainsi que son attachement fondamental aux valeurs républicaines de liberté, d’égalité, de fraternité et de laïcité.

En toute circonstance, FO continue de porter vos revendications et défend vos intérêts pour une vie décente et préserver une dynamique d’entreprise.

Pour être fort, il faut se rassembler, rejoignez FO ! 

N’hésitez pas à contacter vos élus et mandatés à France•3 Normandie : Isabelle Ganne, Marc Michel- Dherissart et  François Ormain. 

Laisser un commentaire