FO france.tv obtient la levée de limite à 80 jours pour les CDD

C’est fini ! La direction vient de le confirmer dans sa récente communication : il n’y aura plus de plafonnement à 80 jours pour les salariés intermittents du spectacle et les pigistes.

À partir d’aujourd’hui, donner cet argument pour ne pas renouveler des contrats devient donc une excuse fallacieuse.

C’est de haute lutte que nous avons obtenu ce revirement de la direction. Il a fallu beaucoup de méconnaissance du dossier, ou de mauvaise foi des autres organisations syndicales pour faire croire par des tracts mensongers que FO signait un accord sur les « 80 jours », alors que c’est tout le contraire qui se déroulait. Comment imaginer que FO allait lâcher les plus précaires ? Nous nous battrons toujours, avec force, pour tous les salariés !

FO a aussi obtenu la fin du projet d’évaluation des CDDU et des pigistes (qui prévoyait la suppression des immatriculations, et donc l’impossibilité de travailler dans l’entreprise).

C’est le dialogue social et l’expertise des dossiers qui ont permis à notre syndicat de l’emporter.

Mais ayons la victoire modeste : nous savons très bien que l’objectif de notre actionnaire est de réguler davantage le travail des salariés précaires. Notre direction a promis à l’Etat « des résultats ». FO n’est pas dupe, la volonté de nos dirigeants c’est de «déprécariser ». Il n’y a que deux moyens pour y parvenir : embaucher ou licencier. Nous savons très bien qu’il y aura de la part des ressources humaines un traitement différencié entre les nouveaux CDD et ceux dits « réguliers ».

La direction ne souhaite plus laisser partir à vau-l’eau le nombre de jours de contrats des nouveaux arrivants, c’est une évidence. En a-t-elle le droit ? Évidemment et personne ne peut l’y contraindre, c’est sa prérogative de gestion.

Les remontées du terrain que nous avons sont inquiétantes, notamment sur le Siège de FTV. L’été risque d’être particulièrement difficile. Nous continuons à argumenter pour que les directions acceptent de lâcher du lest.

N’oublions pas que la réforme de l’audiovisuel devrait faire disparaître entre 1500 et 2000 emplois. Cela va impacter en priorité le volume d’activité des salariés précaires.

C’est pourquoi nous craignons la remise en cause des annexes 8 et 10 pour les intermittents du spectacle.

Pour l’ensemble de ces raisons, nous enjoignons les autres organisations syndicales de France Télévisions à se joindre aux négociations sur l’avenir des salariés précaires dans notre entreprise. Nous devons être protecteurs, c’est notre rôle.

Nous remercions tous les salariés CDD qui nous ont permis de mener à son terme cette revendication : la fin du dispositif de 80 jours !

Nous savons très bien que nous venons de gagner une bataille, mais nous n’avons pas encore gagné la sécurisation des avenirs professionnels des précaires. S’il faut passer par les prud’hommes nous serons là ! Avec FO, les salariés intermittents du spectacle, pigistes, cachetiers, CDD de droit commun ont heureusement un solide allié.

 

 

Lire aussi...