Coronavirus : les organisations syndicales reçues par la direction de l’information

France Télévisions est aussi impactée par l’épidémie qui se répand en France. La situation étant évolutive, tous les scénarios sont envisagés. La direction a reçu le 11 mars les syndicats pour les informer de la situation.

La crise du coronavirus est suffisamment grave pour éviter- bien sûr – toute polémique ou surenchère. Chacun, lors de la réunion, a fait preuve d’un esprit responsable dominé par une seule préoccupation : La protection des salariés du groupe.

A cet égard, la direction assure sa volonté d’afficher la plus grande transparence en dépit des incertitudes qui demeurent sur l’ampleur et l’évolution de cette crise sanitaire majeure.

Quelques que soient ces évolutions, un « plan de continuité » a été mis en place pour assurer notre mission d’information tout en veillant à garantir la sécurité des équipes.

Les rendez-vous d’information seront bien sûr maintenus – notamment pour informer le public de l’état de l’épidémie et des mesures de précaution à prendre – même si ces éditions doivent fonctionner à effectifs réduits.

Tous les scénarios sont envisagés, y compris celui de la nécessité de devoir se priver d’une régie jusqu’à l’’évacuation complète du bâtiment. « Des solutions de repli existent », nous a indiqué le Directeur de l’Information.

La situation étant évolutive la direction se réunit chaque jour – voire plusieurs fois par jour – pour faire le point.

Chaque étape de la fabrication des éditions (tournage, montage, mixage…) est analysée pour envisager un fonctionnement à effectifs réduits et en situation extrême.

En ce qui concerne les conditions de tournages et des interviews, France Télévisions se conforme aux directives sanitaires générales en y ajoutant des précautions supplémentaires spécifiques formulées par la médecine du travail.

Il va sans dire – mais ça va mieux en le disant – que « en cas de doute, on s’abstient ». On ne pénètre pas dans la même pièce où se trouve une personne contaminée.

Tout salarié qui s’est trouvé (par exemple lors d’un reportage) en contact avec une personne qui s’est avérée par la suite être contaminée reste chez lui « en quatorzaine ».

En revanche, les autres salariés qui ont été en contact avec ce collaborateur en quatorzaine n’ont pas besoin d’être confinés, selon les directives sanitaires du moment.

La direction nous a communiqué les chiffres (forcément évolutifs) concernant France Télévisions : au jeudi 12 mars, 66 salariés ont été mis en quatorzaine.

2 salariés ont été diagnostiqués positifs au coronavirus.

Aucun cas n’a été détecté à cette date au siège.

Le Directeur des reportages et des moyens de l’Information a évoqué la difficulté de se procurer des lingettes désinfectantes et autres produits prophylactiques, en raison de la pénurie générale suscité par l’épidémie. Il a indiqué que le maximum était fait pour équiper les salles de montage, les équipes de reportage et l’ensemble des collaborateurs de France Télévisions.

A la fin de la réunion, la direction de l’information a réitéré son désir de protéger aux mieux tous les collaborateurs de France Télévisions faire preuve de  « la plus grande transparence » dans cette crise sanitaire sans précédent. Nous continuerons de vous informer  et d’être associés aux mesures qui seront prises pour protéger au mieux les salariés de FTV.