« Ce sera encore plus dur qu’elle ne le croit… »

Liminaire de Force Ouvrière au Comité Central d’Entreprise du 13 juillet 2017, devant la Présidente de France Télévisions, Delphine Ernotte Cunci.

 

« Ce sera encore plus dur que ce qu’elle croit » : c’est Rémy Pflimlin qui nous avait fait cette confidence Madame la Présidente. Vous veniez à peine d’être nommée et déjà des articles de presse fleurissaient un peu partout à votre sujet : le début du Ernotte bashing. Et il avait ajouté, « plus les années passent, plus les articles sont durs ».

Rassurez-vous, cette discipline ne vous est pas uniquement réservée. Les Présidents de France Télévisions auxquels vous avez succédé ont tous eu droit à leurs heures de gloire dans les journaux, les magazines, les blogs…avec pour chacun des rumeurs, des attaques personnelles, des mensonges, des procès, bref toute la panoplie, pour paraphraser Jacques Chirac, « d’emmerdes ».

« La femme qui fait grincer les dents », « la tata flingueuse », « le croiseur qui tire sur le paquebot France Télévisions », nous allons arrêter là pour les gentils qualitatifs que l’on vous sert en ce moment, sinon nous y passerions des heures…

En dehors de la compassion bien légitime que n’importe quelle personne pourrait avoir intimement pour vous dans cette situation, il n’est pas dans le rôle d’une organisation syndicale d’avoir du ressentiment dans ces moments-là. Après tout (et peut-être que cela peut choquer certains collègues de travail), vous êtes la patronne, et nous, les ouvriers, nous n’avons pas les mêmes intérêts que vous dans cette entreprise, chacun défendant sa « classe ».

Néanmoins, nous ne sommes pas dupes, les pratiques sont toujours les mêmes. En s’attaquant personnellement à nos mandataires sociaux, c’est bien l’entreprise qui est visée…et donc ceux qui y travaillent. La rengaine est toujours la même : France Télévisions est « trop grand », « trop cher », « trop gras », « trop tout ». Il faut « réformer », « couper », « réorganiser », « tailler », « mutualiser ».

Combien de fois les salariés de l’entreprise ont-ils vécu ces phases-là ? On distille du poison sur la situation financière de l’entreprise, on décrédibilise la direction, on accuse les syndicats d’immobilisme…et finalement, on réorganise avec tout ce que le mot « réorganisation » veut dire dans une entreprise comme la nôtre ; au bout du compte, ce sont toujours les salariés qui paient les pots cassés.

L’erreur qu’ont sans doute fait toutes les directions avant vous, c’est d’avoir négligé ces pressions, d’avoir voulu « laisser faire » et « laisser dire ». Car, il faut bien l’admettre, nous pouvons collectivement nous faire le reproche de ne pas entendre suffisamment les critiques, et de ne pas savoir y répondre : cela met en danger l’image de France Télévisions.

Ainsi le développement de nouvelles marques comme France.tv, ou le fait que les logos de France télévisions aient disparu de la présentation des programmes de rentrée sans information préalable, a suscité…et suscite encore beaucoup de questionnements bien légitimes.

Alors, que vous désiriez protéger les intérêts de l’entreprise à l’extérieur, soit…mais que vous ne communiquiez pas suffisamment avec vos collaborateurs, cela n’est pas acceptable. Car oui, dans bien des domaines, les salariés ont le sentiment qu’on leur cache la vérité.

C’est pourquoi nous voulons vous interpeller aujourd’hui au CCE, instance politique par excellence de nos institutions représentatives du personnel, sur quatre sujets qui font l’actualité dans notre entreprise.

Des sujets dont les salariés parlent. Des sujets qui provoquent des tensions, une mauvaise ambiance, auxquelles nous voulons mettre fin par des réponses concrètes de votre part.

Le premier concerne la tragédie de Mossoul qui a coûté la vie, il y a quelques jours, à 3 journalistes, Stephan Villeneuve, Véronique Robert et Bakhtiyar Haddad. Ils avaient pour mission de réaliser un reportage sur la reconquête de Mossoul par la « Golden Division », une unité d’élite irakienne. « Il a fallu faire vite, l’offensive était imminente ».

La question que nous osons vous poser (car elle est sur toutes les lèvres des collaborateurs, et parce que c’est aussi du devoir d’une organisation syndicale de pointer des responsabilités dans de telles circonstances) est : France 2 a-t-elle failli dans la préparation du reportage d’Envoyé spécial ?

Notre entreprise est vilipendée et accusée de négligence dans cette affaire. Dans la presse, des éditorialistes parlent de « dysfonctionnements coupables » et de « responsabilités affligeantes de l’encadrement de France Télévisions ».

Nous sommes terriblement troublés par la douleur des familles et par le sentiment d’un grand gâchis. Alors, nous voulons savoir ce qu’il s’est vraiment passé. Est-il vrai que la direction de l’information n’avait pas connaissance que des journalistes se trouvaient

sur un front de guerre particulièrement dangereux ? Les procédures pour la réalisation de ce reportage ont-elles été respectées ?

Bien sûr, nous sommes conscients que le métier de journaliste comporte des risques, surtout sur de tels terrains d’actualité. Nous savons qu’il ne peut pas y avoir de risque zéro, mais nous ne pouvons pas nous résoudre à entendre comme seule réponse « ce sont les risques du métier ». Il n’est pas normal, ni acceptable que des salariés perdent la vie en exerçant leurs fonctions.

C’est pourquoi nous vous demandons d’effectuer une enquête interne, de rendre compte devant les salariés, afin que ce genre d’événements ne se reproduise plus jamais. Nous voulons tout savoir du début jusqu’à la fin, jusqu’à la prise en charge des familles des victimes. Qu’est-ce que vous avez fait ? Qu’est-ce que nous aurions pu mieux faire ? Qu’est-ce qu’il ne faudra plus jamais faire ? Avons-nous des responsabilités ? Il faut tout mettre sur la table.

Le deuxième sujet concerne les relations entre notre entreprise, L’Élysée et Matignon. Cela peut vous paraitre anecdotique, voire idiot, mais de nombreux salariés en parlent et sont décontenancés par ce projet.

Emmanuel Macron et Edouard Philippe envisageraient un projet de loi sur l’audiovisuel d’ici à la fin 2017 ou courant 2018, qui vise à fusionner l’ensemble des entreprises de l’Audiovisuel Public. Nous serions fusionnés avec Radio France, France Media Monde et l’INA, avec évidemment des économies de structures à trouver. Pour parfaire ce projet, et pour amenuiser votre « trop grand désir d’indépendance » managériale vis-à-vis de l’État, le Gouvernement envisagerait « votre mise sous surveillance ou sous tutelle ». Une hypothèse qui serait avancée par l’entourage du Premier ministre, où l’on met en avant l’extrême fragilité des comptes de France Télévisions et une absence de cap de votre part.

Ce serrage de vis, encouragé par l’Élysée devrait intervenir avec la nomination ces prochains mois d’un nouveau Directeur Général à vos côtés, plus ou moins piloté par le ministère de l’Économie et des Finances.

Evidemment, pour Force Ouvrière cette pseudo reconstitution de l’ORTF avec une mainmise de l’État sur notre stratégie ou sur les contenus n’est absolument pas envisageable. Il en va de l’indépendance de l’information et des valeurs républicaines portées par le service public.

Le troisième sujet concerne l’établissement de France 3 Paris Île-de-France. Il faut croire qu’on a jeté un sort sur cet établissement : après deux incendies, des inondations, voilà maintenant que se pose la question du maintien ou pas de France 3 à Vanves. Les salariés vous ont adressé unanimement une pétition demandant leur retour sur ce site (146 signatures). Ils regrettent que vous ne leur ayez pas encore formellement répondu. Avez-vous au moins reçu cette pétition ?

Malgré des situations de travail difficiles, dues à ces catastrophes, les collègues de France 3 Vanves sont restés professionnels et soudés. Ils ont assuré leurs missions d’information de proximité et de programmes sans que cela n’engendre de désagréments pour les téléspectateurs. Chacun a pu constater la formidable énergie de ce collectif de travail qui force le respect. Ce collectif ne demande pas grand-chose, juste des réponses à leurs questions.

En 2022, le bail des locaux de France 3 Vanves s’arrête ; vont-ils réintégrer ou pas leurs locaux ? Dans le cas contraire, une solution alternative est-elle possible sur un autre site ? France 3 Île-de-France est-il menacé ? Quels impacts pour l’activité et l’emploi ? Là encore, vous devez dire la vérité. Il n’y a pas pire pour les personnels que d’être dans l’incertitude.

Enfin, le dernier sujet que nous voulions aborder avec vous concerne le périmètre du CE du réseau de France 3. Autant être sincère avec vous, Force Ouvrière est très inquiet de l’avenir réservé aux IRP par le nouveau gouvernement. Le projet d’ordonnance ne laisse pourtant planer aucun doute. Le nouveau Président de la République souhaite la fusion des IRP au niveau central, y compris dans les entreprises de plus de 300 salariés. Il faut ainsi imaginer, peut-être déjà pour la rentrée de septembre 2017, une seule représentation des salariés pour France 3. Elle effectuerait toutes les taches des CE-DP-CHSCT dans une seule instance fusionnée, évidemment avec un nombre d’élus et de moyens dédiés en réduction.

Cette situation serait terrible pour notre entreprise et pour le bien-être des salariés. Il faut donc agir vite et ne pas laisser une Loi qui nous serait défavorable s’imposer à tous. C’est pourquoi nous vous demandons en urgence, avant même la procédure juridique entamée après la décision de la DIRECCTE, de relancer des négociations d’un protocole d’accord de définition des périmètres des IRP du réseau France 3. Chaque organisation syndicale devra prendre ses responsabilités, de même que la direction. D’autant que de toute façon quelle que soit la décision finale de la justice elle risque d’être rendue caduque par la loi.

FO France Télévisions a toujours été clair : nous souhaitons des instances de proximité dans chaque antenne de France 3 ! Des commissions des activités sociales et culturelles dans chaque antenne ! Des DP et des CHSCT dans chaque antenne ! Et ce qui relève de la stratégie d’entreprise, des finances, des informations consultations liées notamment à la formation, peut très bien être débattu dans une instance nationale !

Nous réaffirmons par ailleurs le nécessaire besoin d’un CE autonome pour France 3 Corse/ViaStella.

Toutes ces questions doivent être débattues dès à présent, sinon nous n’aurons que nos yeux pour pleurer. Il est tout à fait envisageable de trouver un accord, même pendant cette période de procédure juridique. En tout cas, nous le souhaitons, c’est notre proposition pour les salariés et pour la défense de leurs intérêts. Et sur ces bases, nous sommes persuadés que, aujourd’hui, nous pouvons trouver un accord majoritaire, car la situation n’est plus la même qu’il y a quelques mois…

Avant de conclure, nous voudrions informer les élus du CCE que, après consultation de ses adhérents, et après des débats assez tendus, le bureau de la section FO France Télévisions a décidé de signer l’accord « Qualité de Vie au Travail » et de signer (mais là c’était plutôt unanime) l’accord « compétences complémentaires France 3 ».

En revanche, nous rejetons la proposition d’évolution salariale pour l’année 2017. L’enveloppe proposée par la direction n’est pas acceptable.

De plus, une nouvelle fois, nous revendiquons ici devant vous tous, la volonté d’obtenir une prime d’intéressement pour tous les personnels. Cette année, le résultat est légèrement bénéficiaire, il nous semble donc logique que cet argent, fruit des efforts des salariés, soit légitiment redistribué.

Enfin, parce que c’est en martelant que les idées font leur chemin, nous redemandons à la direction l’attribution d’un 13ème mois, sans disparité, pour tous les personnels de cette entreprise !

Demain, le Ernotte bashing recommencera peut-être. Mais au fond, tout cela n’est pas bien grave lorsque cela vient de l’extérieur de l’entreprise. L’important, ce sont les salariés et les réponses que vous pouvez leur apporter, comme patronne, comme responsable de tout ce formidable collectif qui se trouve sur les cinq continents.

Les inquiétudes des personnels sont de plus en plus nombreuses. Ils doutent de l’avenir, cela doit être un mauvais indicateur pour vous, il faut le corriger et redonner espoir. Alors, répondez-leur et exprimez vos intentions, sans fard, en donnant le cap, c’est tout ce que FO vous demande.

Related posts

Leave a Comment