RUPTURE CONVENTIONNELLE COLLECTIVE | Force Ouvrière quitte la table des négociations

Depuis le début de l’année Force Ouvrière France Télévisions négocie avec la direction un accord intitulé « plan de recomposition des effectifs ». Il vise à supprimer 2000 emplois et à embaucher « un nombre important de collaborateurs » (sans davantage de précisions).

Si Force Ouvrière négocie fermement depuis le début les conditions de départs volontaires de ce plan, cette Rupture Conventionnelle Collective doit aussi apporter des garanties en termes d’organisation de travail pour les personnels qui vont rester dans l’entreprise. C’est sur eux que va reposer la charge.

Or, depuis 3 semaines, malgré nos demandes répétées, la direction de France Télévisions refuse de débattre de ce sujet primordial pour l’avenir de notre entreprise. Nos revendications sont toujours considérées comme « intéressantes », mais la direction remet toujours à plus tard et nous fait marner.

Elle ne cesse de vouloir inciter les personnels à partir sans vouloir mesurer les conséquences sociales sur les 8000 autres collaborateurs sur qui elle veut imposer des « synergies », « optimisations », « changements de métiers », « employabilité » et « polyvalence » à outrance.

Les salariés de France Télévisions sont à bout. ¼ du réseau FTV est soumis (ou va être soumis) à un plan de prévention des risques psychosociaux, l’absentéisme se répand comme une maladie contagieuse. L’entreprise est par terre.

FO rappelle que c’est le 3ème plan social que subit l’entreprise en 10 ans. Elle est confrontée actuellement au non remplacement d’un départ sur deux, soit avec cette RCC un total de 2200 suppressions d’emplois, près de 20 % de nos effectifs en moins !

Les collaborateurs ne peuvent plus, ne veulent plus, faire les efforts supplémentaires que la direction générale leur réclame sur l’activité, les économies (encore) à réaliser, sur les gains de productivité… D’ailleurs ces efforts ne servent à rien. Le texte ne propose aucun gain concernant les conditions de travail, les améliorations sociales ou l’évolution professionnelle. Aucun gain sur la préservation de l’emploi ou du volume d’activité.

Pour FO, la négociation avec cette direction obtuse qui ne souhaite pas écouter les revendications des salariés s’arrête là. Inutile de perdre notre temps.

Nous reviendrons à la table des négociations lorsque la direction aura commencé à intégrer nos revendications, pourtant simples, qui visent à compenser les efforts des salariés :

  • La réduction du nombre de suppressions d’emplois
  • L’arrêt des externalisations de nos productions (et pour commencer celles des programmes, des météos, ou des bandes annonces à France 3)
  • L’augmentation substantielle des indemnités de départs
  • Le maintien des budgets actuels des Activités Sociales et Culturelles de france•tv
  • La redistribution aux salariés des gains de productivité.

Lire aussi...