Rémy Pflimlin annonce le retour de la publicité après 20 heures sur France 3

C’est dans un contexte particulièrement morose pour les recettes publicitaires de France Télévisions (-4 %) que Rémy Pflimlin a annoncé ce matin au Comité Central d’Entreprise, le retour de la publicité sur les antennes régionales de France 3.

images

Le Président de France Télévisions a expliqué aux représentants des salariés vouloir mettre en place un créneau publicitaire de 4 minutes à 20h20 sur chaque antenne régionale de France 3. Il propose pour incrémenter cet espace de diffuser les bulletins météo des régions.

Toutes les antennes devront décrocher en même temps, et « c’était la grande difficulté technique » selon Rémy Pflimlin. « Mais nous sommes désormais prêts » a-t-il conclu.

Ce nouveau créneau publicitaire pourrait rapporter en année pleine environ 10 millions d’euros à France Télévisions. Il permettrait de compenser la lente érosion des recettes publicitaires des chaînes du service public.

Rémy Pflimlin respecte ainsi l’article 28 de la loi (modifiant l’article 53 de la loi n° 86-1067 du 30 septembre 1986) supprimant les messages publicitaires entre 20h et 6h sur les services nationaux de France Télévisions ; mais qui ne l’interdit pas sur les antennes régionales du groupe…

Force Ouvrière France Télévisions est favorable à cette initiative. Malgré les multiples promesses, l’Etat n’a jamais compensé les budgets manquants après l’arrêt de la publicité sur France Télévisions, environ 420 millions d’euros.

Les annonceurs souhaitent faire de la publicité sur France Télévisions en prime time. Pour eux, il est primordial de pouvoir toucher un autre public que celui des chaînes privées. En accordant des créneaux publicitaires à France Télévisions, l’Etat pourrait indirectement relancer la consommation et donc la croissance de la France.

Force Ouvrière France Télévisions est choqué des récentes déclarations de la Ministre de la Culture Fleur Pellerin et du Président du CSA, Olivier Schrameck. Ils s’obstinent à considérer que France Télévisions ne peut-être financé que par la redevance ou la dotation d’Etat.  Ils plongent ainsi l’entreprise dans une structurelle instabilité budgétaire en jetant l’opprobre sur l’entreprise suspectée comme certains le disent dans les ministères « d’avoir du gras ».

Résultats, les missions de développement de la télévision publique exigées par la tutelle, alors que le contexte concurrentiel et numérique est extrêmement contraint,  deviennent schizophréniques : toujours faire plus avec toujours moins d’argent !

Il faut le retour de la publicité sur France Télévisions, et vite c’est urgent ! Nous n’avons pas le luxe de faire autrement.

Related posts

Leave a Comment