Projet de chaîne tout-info, les réponses à vos questions

La future chaîne tout-info a été présentée, ce vendredi, aux représentants des salariés et des syndicats lors d’un comité central d’entreprise extraordinaire. Dans moins de neuf mois, la nouvelle chaîne d’information publique doit voir le jour. Son lancement est prévu début septembre 2016.

Force Ouvrière se montre enthousiaste à l’idée de ce projet mais est vigilant sur les organisations du travail proposées. Aucune organisation syndicale ne s’est d’ailleurs montrée opposée à l’idée. En revanche chacune a pointé les risques et les difficultés d’une telle entreprise.

LES CONSÉQUENCES SUR L’EMPLOI ?

Cette chaîne devrait occuper 145,5 équivalents temps plein. La direction envisage de mettre en consultation 167 postes (104 journalistes et 45 PTA), en priorité par redéploiement. Toutefois, suite à la question de FO, la présidence a expliqué qu’il pourrait aussi y avoir des recrutements « à hauteur de 50 % ». Ces recrutements se feront à effectif global constant.

L’inquiétude de FO réside dans la volonté affichée de la direction de recruter des personnels polyvalents : des journalistes qui montent, des personnes qui « mettent en image » et qui font des conducteurs… avec une organisation uniquement en forfait-jours.

En tout les cas, les définitions de fonctions ne sont pas claires. FO ne souhaite pas déroger à l’accord collectif d’entreprise signé par Force Ouvrière, la CGT, et le SNJ.

Notre syndicat regrette la trop faible inclusion des personnels des réseaux de France 3 et de 1ère Outremer, alors que le maillage de France Télévisions doit être la force de la chaîne tout-info. Sur ce point là, la direction semble vouloir revoir sa copie.

Nous sommes très inquiets également de la présentation de la mutualisation des personnels et des moyens entre la chaîne info et Télématin. Nous craignons une surcharge de travail des chefs-monteurs.

Toujours concernant les chefs-monteurs, dans le projet de chaîne tout info, certains d’entre eux pourraient obtenir leur carte de presse. Le débat est officiellement lancé.

Enfin rien n’est expliqué pour les personnels qui ne participent pas à la chaîne info. Auront-ils une amplitude de travail supplémentaire après le départ de leurs collègues redéployés ?

LE MODE DE DIFFUSION ?

La Présidente de France Télévisions, Mme Delphine Ernotte Cunci a été très claire en répondant à la question des élus de Force Ouvrière. « Non, il n’est pas prévu de supprimer une chaîne du bouquet de France Télévisions ». La presse évoquait depuis plusieurs semaines la suppression de France 4 ou France Ô au profit de la chaîne d’information. La Présidence a donc formellement démenti.

La priorité de la direction reste dans un premier temps de diffuser la chaîne info sur une plateforme numérique. Le document remis lors du CCE évoque une diffusion sur Internet, les mobiles et les box. Aucune autorisation, notamment du CSA, n’est nécessaire pour diffuser sur du global media.

Néanmoins la PDG de France TV, a publiquement fait part de son souhait de voir la chaîne diffusée sur le réseau hertzien. Mathieu Gallet, le patron de Radio France également. Là, en revanche, il faudra l’aval du gouvernement et du CSA.

Il pourrait s’agir d’occuper la fréquence 23, que laisserait libre la chaîne Numéro 23 condamnée à fermer par le CSA. L’Etat pourrait préempter le canal. Mais les hypothèses concernant l’avenir de cette chaîne sont encore très vagues…

Un autre scénario, présenté et soutenu par FO, est à l’étude : créer un canal en utilisant la bande passante laissée disponible dans le cadre du passage en MPEG-4 (en haute définition). C’est techniquement difficile mais possible et surtout cela ne couterait pas plus cher à l’entreprise…

LE PROJET ÉDITORIAL ?

Il reste encore relativement vague.

La nouvelle chaîne ambitionne de « décrypter » l’actualité en utilisant davantage d’infographies. Elle s’adresse à un public plutôt  renouvelé. La chaîne info proposera une offre linéaire et une offre délinéarisée.

La contribution des publics et le débat seront au cœur du projet. L’information sera écrite de manière rénovée et contemporaine afin de toucher tous les publics qui ne regardent plus la télévision.

Les matinales seraient mutualisées avec Télématin. Entre 8h30 et 9h, elles seraient mutualisées avec Radio France. Les programmes de la nuit seront réalisés par France 24.

Des exemples ont été présentés, notamment celui d’AJ+. Il s’agit d’un service de vidéos d’informations en ligne de la chaîne quatarie Al-Jazeera dont la cible est les jeunes friands de smartphones et de réseaux sociaux qui cherchent à s’informer dans recourir aux médias traditionnels comme la télévision ou les journaux.

LE LIEU ?

Atrium de France 2
Atrium de France 2
Atrium de France 2
Atrium de France 2Le studio de la chaîne info sera un studio dédié avec des équipes et des personnels dédiés.

Le projet place le lieu de la chaîne tout-info dans l’Atrium de France 2 au niveau 3 du Siège de France Télévisions. C’est là, anciennement, que se déroulaient les JT de France 2.

Le lieu pose problème et c’est d’ailleurs pour cette raison qu’aujourd’hui il est vide : comment assurer l’insonorisation, le chauffage, et des conditions de travail acceptables ?

La régie Prod et diffusion seront établies au niveau 4 au dessus de l’Atrium.

Des postes de travail devraient encore être ajoutés dans la news-room de FranceTV Info.

LE BUDGET ?

Pour l’instant 6 millions d’euros ont été forfaitisés sur le budget 2016 pour la création de la chaîne info.

Pour le budget final, la présidente demande un peu de temps avant de répondre. Elle dit que « la direction ne veut rien cacher » mais « qu’ils ont besoin de mesurer l’implication financière des autres partenaires (INA, Radio France et France Média Monde).

A titre de comparaison BFMTV : 55 millions d’euros. iTélé : 40 millions d’euros. Selon La presse, le budget prévu avoisinerait 18 millions d’euros en année pleine pour France Télévisions.

LE NOM ?

Aucun nom pour cette nouvelle chaîne n’est encore défini. Aucun nom de travail n’a été évoqué.

L’ensemble des contributions des opérateurs de l’audiovisuel public (France Télévisions, INA, Radio France, France 24) seront logotisés. Chaque sujet sera signé par ses auteurs.

LA SUITE ?

Le débat au CCE extraordinaire a été enlevé. La direction concède les imperfections et propose de se servir du dialogue social pour amender et améliorer le projet de chaîne d’information de France Télévisions.

La Commission Economique du CCE a été chargée du suivi du dossier. Elle sera ouverte à l’ensemble des syndicats représentatifs. Elle devrait se réunir ces prochaines semaines pour faire un point d’étapes. Une expertise a été confiée au Cabinet SECAFI-ALPHA.

La consultation des salariés via leurs représentants doit intervenir dans 3 mois.

Related posts

Leave a Comment