On ne mélange pas les torchons et les serviettes.

Décidemment, on ne mélange pas les torchons et les serviettes.

Les journalistes FO condamnent la volonté du Syndicat National des Journalistes (SNJ) de vouloir faire rétrograder dans le collège « non-cadre » (collège 2) une grande majorité des personnels techniques et administratifs qui sont cadres.

Durant l’été en effet, le SNJ a saisi les tribunaux afin de casser les décisions des DIRECCTE (Directions Régionales des Entreprises de la Concurrence de la Consommation du Travail et de l’Emploi) qui plaçaient légitiment les travailleurs PTA « Cadres » de France Télévisions dans le collège « cadre ».

Mais le SNJ conteste ces décisions en expliquant que « la nature de l’emploi occupé» par une partie des cadres PTA ne présage pas de l’appartenance au collège « cadre ». Ils nient que ces PTA soient cadres, et demandent donc la rétrogradation dans le collège « non-cadre » de tous ces salariés : chef monteur, chef opérateur du son, mixeur (radio ou télé), chef opérateur de prise de vue, documentaliste, scripte, technicien d’exploitation vidéo et audiovisuelle, opérateur d’habillage, assistant de direction, chargé d’exploitation antennes, coordinateur d’émission, électricien, éclairagiste, infographiste, comptable, chef maquilleur, assistant d’émission, assistant de production et/ou d’édition, assistante de locale, chargé d’administration du personnel paye, gestionnaire d’administration du personnel paye, chargé de gestion administratif, chef de plateau, technicien de maintenance système, recherchiste, adjoint de production, chargé de communication, assistant d’exploitation, chef d’équipe, menuisier-constructeur de décors, chef d’équipe électricien, enquêteur, agent de reprographie, chargé de contrôle qualité, gestionnaire de médias, gestionnaire des parcs, opérateur sous-titreur, contrôleur d’obligations, assistant de réalisation, secrétaire assistant, chargé de gestion CE… Pour le SNJ vous devez être dans le collège 2 (des agents de maîtrise) !

Les journalistes FO dénoncent cette ségrégation de nos collègues PTA et ne souhaitent absolument pas être associés à cette démarche honteuse, d’une partie des représentants des journalistes.

Les journalistes de France Télévisions travaillent avec leurs collègues PTA en harmonie depuis toujours. Nous ne faisons aucune différence entre les salariés lorsqu’il faut défendre des collègues : ouvriers, personnels techniques et administratifs, journalistes ou cadres, nous faisons tous partie de la même entreprise ! Nous refusons toute rétrogradation. Le syndicalisme, ce n’est pas rabaisser ses collègues ! Ça, ce sont les patrons qui peuvent être tentés de le faire. A FO, nous sommes consternés par une telle procédure juridique.

S’il faut ajouter une preuve qu’il s’agit là d’une manœuvre électoraliste, à quelques jours du dépôt des listes pour les élections professionnelles de France Télévisions, c’est que ces contestations arrivent en plein mois de juillet. Pourtant le SNJ n’a jamais contesté au cours des négociations de l’accord collectif d’entreprise (dont il est signataire depuis 5 ans), ni même au cours des négociations des protocoles préélectoraux où c’est pourtant le lieu, le caractère et la qualité de « cadre » de l’ensemble de ces salariés. Rien, pas même un mot.

Les journalistes FO de France Télévisions veulent exprimer ici officiellement, devant les 5 tribunaux saisis, la qualité du travail de l’ensemble des PTA lâchement attaqués. Nous saluons leur professionnalisme dans l’entreprise, la qualité de leurs décisions au quotidien. Evidemment qu’ils exercent des fonctions de « cadres » de l’entreprise. Le nier, c’est ne pas comprendre la fabrication d’une offre de télévision, et le fonctionnement même de l’entreprise !

Tous les personnels techniques et administratifs peuvent compter sur FO, pour que leur travail, ainsi que  leur positionnement fonctionnel, leur classification, leur expérience, leur expertise, leur niveau salarial, soient effectivement reconnus.

Salariés de France Télévisions unissez-vous ! Non au corporatisme destructeur d’emplois.

 

Lire aussi...

One Thought to “On ne mélange pas les torchons et les serviettes.”

  1. david kazaubon

    Bonjour,
    En quoi est ce surprenant et inacceptable ? C’est déjà le cas depuis plusieurs années pour les chef monteur de la productions qui ne sont plus cadres techniques, mais de simples employés à qui l’on ne demande que d’appuyer sur des touches le plus vite possible. Les nouvelles définitions de postes et les catégorisations d’emplois de la nouvelle organisation (exit la convention collective de l’audiovisuel publique) ont été signées par toutes les organisations syndicales. Les journalistes ne sont que des politiciens et ceux qui ne le sont pas font partie des « sous-castes, des sans-dents ». Rien de révoltant en somme.

Comments are closed.