Notre-Dame-des-landes – Nos équipes de tournages agressées

Les équipes de reportage de France 2 et de France 3 ont été des cibles dans les événements qui se sont déroulés samedi dernier, au cours de la manifestation des opposants au transfert de l’aéroport. Deux journalistes ont été blessés et sont en arrêt de travail.

L’équipe de France 2 était en position de duplex pendant le JT du 13 heures lors de l’agression, 5 à 6 personnes parmi les manifestants ont alors déroulé une banderole pour paraître à l’antenne puis ont lancé un fumigène, avant de jeter des pierres sur la journaliste JRI l’atteignant dans le dos au niveau de la colonne vertébrale.

L’équipe de France 3 a également été agressée, La voiture de reportages a été endommagée, et ses vitres brisées à coup de barre de fer. La journaliste de France 3 est en état de choc et en arrêt de travail.

Les propos des agresseurs ont eu pour objectif d’intimider les journalistes. Selon des témoins sur place, certains des agresseurs se sont exclamés au moment de partir : « Ils l’ont bien mérité ! »

FO condamne ces agressions et alerte sur les risques que courent les équipes sur place, avec du matériel posé et aisément identifiable : en effet les personnels peuvent devenir des cibles particulièrement vulnérables. Certes la Direction de l’information de France 2 a su réagir en proposant aux équipes de reportage d’évaluer les risques afin de demander l’assistance de vigiles cela a été le cas d’une chaîne de télévisions concurrente (I-Télé) qui vient accompagnée désormais d’un agent de sécurité.

 

FO réaffirme que ces agressions ne peuvent être tolérées, d’autant que la situation à Notre-Dame-des-Landes est loin d’être réglée : il faudra probablement mettre en place un moyen de sécuriser les équipes de tournage. Si celles-ci se sentent en situation de risque, elles doivent pouvoir compter sur la Direction pour les soutenir dans leur mission d’information. Le droit de retrait doit également pouvoir être exercé si certains s’estiment en danger.

Related posts

Leave a Comment