Stéphane Bijoux, le directeur directeur des rédactions de France Ô et de 1ère Outremer annonce sa candidature sur la liste LREM aux élections européennes : les rédactions de France Télévisions ridiculisées et délégitimées

Le directeur des rédactions de France Ô et de 1ère Outremer, Stéphane Bijoux a annoncé aujourd’hui sa candidature aux élections Européennes en position éligible sur la liste La République En Marche (LREM).

Pour les journalistes et les salariés de l’entreprise c’est la stupeur, un sentiment de trahison. Les dirigeants jouent donc double jeu avec nous : aux salariés ils racontent que la mauvaise situation de France Télévisions est due au Gouvernement et nous découvrons qu’en fait ils sont complices.

Au moment où France Ô et France 4 doivent fermer leurs portes sous l’injonction de la majorité politique actuelle, voilà que nous découvrons des adversaires parmi nous. Face à nos inquiétudes, aux risques psychosociaux, à la restructuration de l’entreprise tous les beaux discours ne sont donc que des boniments.

Evidemment, la poursuite de la négociation de la rupture conventionnelle collective est remise en cause. Comment voulez-vous croire une direction qui fait mine de compatir aux départs de 2000 collaborateurs,  quand ceux-ci se gratifient dans notre dos de médailles et de postes.

On comprend mieux pourquoi il devenait urgent de sanctionner pour une faute imaginaire, Gérald Prüfer le directeur de Polynésie La 1ère, démis de ses fonctions « à titre conservatoire » comme un vulgaire criminel. Il a eu l’outrecuidance de critiquer la fermeture de France Ô : viré !

La direction générale ne pouvait pas ignorer la volonté d’un directeur de rédaction de se présenter aux élections Européennes. C’est d’ailleurs tout à fait son droit, nous ne le remettons pas en cause, et même nous lui souhaitons bonne chance dans ses nouvelles aventures. Pourtant, la direction l’a laissé organiser récemment « l’Europe et les Outremers »  (tournage à Bruxelles le 17 et 18 février 2019). La direction avait été très claire : « diffusion obligatoire sur toutes les antennes d’Outremer et France Ô ».

Nous pensons évidemment à son épouse, très grande journaliste, grande professionnelle et présentatrice à Réunion La 1ère. Elle recevait encore la semaine dernière Annick Girardin (LREM), ministre de l’Outremer pour « une page spéciale ». Quelle doit être déonlogiquement sa position ?

Partout, les téléspectateurs remettent en cause l’indépendance de la Presse vis-à-vis du pouvoir. De quoi avons-nous l’air collectivement maintenant ?

Nous exigeons des explications claires, nettes et précises du directeur de l’information de France Télévisions. Il faut arrêter de prendre les salariés pour des andouilles. Qui commande notre entreprise ?

Lire aussi...