Le ministère de la culture reçoit une délégation de Force Ouvrière France Télévisions

Le ministère de la Culture a reçu, hier après-midi une délégation de Force Ouvrière France Télévisions pour évoquer les difficultés et les perspectives d’avenir du groupe de l’audiovisuel public.

Les débats ont tourné autour de quatre grands thèmes : la « régionalisation » des antennes de France 3 et 1ère Outremer, le financement de France Télévisions, l’avenir des accords collectifs de l’entreprise, et les inquiétudes concernant le travail des salariés intermittents du spectacle, pigistes et précaires..

La Délégation FO au ministère de la Culture : (de gauche à droite) Jean-Michel Seybald, Grégory Hen, Eric Vial, Françoise Chazaud

« 1ère Outremer et France 3 doivent recouvrer leur identité régionale »

La délégation Force Ouvrière a dans un premier temps réclamé au ministère de la Culture « d’inscrire clairement » dans le Contrat d’Objectifs et de Moyens (COM) qui se négocie actuellement entre la tutelle et la direction de France Télévisions, la nécessaire « régionalisation » des antennes de France 3 et France Ô. Pour le syndicat « L’information » ne doit pas être la seule priorité de la direction de France Télévisions.

 La délégation a exigé une politique de programmes régionaux ambitieux : France 3 et 1ère Outremer « doivent répondre aux exigences d’un service public de proximité de qualité ». 

 Les représentants FO ont également regretté  les créneaux de programmes régionaux trop peu nombreux qui ne permettent plus aux antennes de « parler des auteurs, des associations, de la vie locale et des talents régionaux. Pour FO France Télévisions « la promotion et la défense des langues régionales doivent être des priorités ! ».

L’argumentation des représentants a démontré au ministère qu’ « il est possible de fabriquer et de créer en interne des émissions régionales (…) France Télévisions disposent des moyens techniques, de l’expérience, et du personnel qualifié et professionnel ».

« Où sont les créateurs ? »

Enfin Force Ouvrière France Télévisions a fait constater qu’aucun représentant technicien ou artiste ne figure dans les organes décisionnaires de la télévision publique et de l’entreprise. « Il manque une vision artistique de la télévision : Il suffit de regarder la nouvelle composition du CSA : 5 journalistes, 3 administrateurs, 1 médecin à la retraite. Où sont les créateurs ? ».

Sur ces points, Le ministère de la Culture a semblé partager les préoccupations de Force Ouvrière : « la régionalisation sera une des priorités du COM ». Mais Pour Daniel Guerin, Conseiller en charges des affaires sociales, c’est le redéploiement des moyens de la chaîne France 3 qui pose des difficultés. Il précise la nécessaire « maîtrise des crédits », en sous-entendant que les budgets alloués aux régions ne peuvent suppléer des dotations des chaînes nationales. Concernant les créneaux régionaux, le ministère de la Culture se refuse à faire de « ViaStella » (ndlr la chaîne 100 % régionale corse) un exemple. « Il ne doit pas y avoir un processus d’empilement. » 

Un vide juridique pour des salariés de France Télévisions

Concernant la négociation des accords collectifs de France Télévisions, Force Ouvrière a exigé du ministère de la culture qu’elle fasse pression sur la direction: « la direction de France Télévisions doit accepter de poursuivre les négociations. » La délégation s’est vivement inquiétée « du vide juridique » dans lequel est plongé l’entreprise. 

« C’est un cas unique dans notre pays pour une entreprise de cette taille », a déclaré FO « il n’y a plus de texte collectif à France Télévisions (…) comment les salariés peuvent-ils travailler dans de telles conditions : salaire, classification, temps de travail, forfait jours ? »

 Les représentants du ministère de la culture ont expliqué « ne pas vouloir se substituer aux prérogatives du Président de France Télévisions ». Ils ont affirmé que « le dialogue social est une priorité pour le Gouvernement et que cette priorité vient d’être rappelée par le Président de la République ». Mais pour le cabinet de la rue de Valois « des négociations ont bien eu lieu à France Télévisions, même si elles n’ont pas abouti (…)Maintenant, charge à l’entreprise de mettre en œuvre avec l’existant : code du travail, accord FTV SA, accord du 15 février sur le temps de travail (signé par la CFDT et le SNJ), mesures unilatérales etc… » Le ministère a conclu le sujet par cette déclaration sibylline : « une reprise des négociations pourraient être perturbée par le prochain renouvellement des instances représentatives des salariés de France Télévisions… »        

« FO exige la requalification d’au moins 350 salariés dits précaires ! »

C’est sur le sujet du travail des salariés précaires que le ministère de la Culture s’est montré le plus critique envers la direction de France Télévisions. Force Ouvrière a revendiqué « la requalification immédiate d’au moins 350 salariés intermittents pigistes, précaires ». Le conseiller social souhaite lui aussi « nettoyer » tous ces contrats précaires et souligne « que des requalifications seront forcément nécessaires. » Les délégués FO ont insisté pour que ces dispositions figurent dans le futur COM.        

Après l’entrevue avec Aurélie Filippetti lors du Conseil National des Professions du Spectacle (CNPS) du 20 décembre, Force Ouvrière France Télévisions a maintenu ses revendications. Le conseiller de la ministre a indiqué ne pas fermer la porte à une nouvelle rencontre avec la ministre. 

La Délégation FO au ministère de la Culture était composée de : Françoise Chazaud (Secrétaire générale de la Fédération des Arts, du Spectacle et de l’Audiovisuel FO), Grégory Hen (Intermittent du Spectacle – Responsable de Section Syndicale à France 3 Pôle Sud-Est), Jean-Michel Seybald (Délégué Syndical Central à France Télévisions), Eric Vial (Délégué Syndical Central à France Télévisions).

Related posts

Leave a Comment