« Le Canard enchaîné, c’est pas le Journal Officiel ! »

La commission de déontologie des journalistes s’est réunie ce matin au siège de France Télévisions…

 

Les ménages des journalistes, celui de Michel Field en particulier

D’emblée, les élus journalistes ont demandé à Michel Field de s’exprimer sur son animation du Concours Général suite à l’article du Canard du 13 juillet 2016 : « Je réfute, je déments la question du ménage. Je l’anime depuis 8 ans, ça demande à chaque fois 4 ou 5 réunions et 3 heures de présence à la Sorbonne pour la remise des prix. C’est du travail. Quand j’ai dirigé France 5 j’ai continué. Cette année j’ai accepté d’animer cet événement à titre gratuit (prestations rémunérées auparavant) et j’ai demandé à Delphine Ernotte de m’autoriser à le faire : elle a accepté. Je n’ai pas touché 1 centime ! Le journaliste qui a écrit l’article du Canard Enchainé ne m’a jamais contacté et je n’ai pas envoyé de démenti car il y a eu un concours de circonstance : l’attentat sanglant de Nice ayant eu lieu le soir, cela m’a semblé obscène de faire valoir mon honneur dans un tel contexte. Donc je préfère laisser courir. » Mais invoquant l’adage « qui ne dit mot consent », FO est intervenu pour que Michel Field fasse un démenti officiel auprès des salariés, qui sont trop souvent négligés, les directions ayant tendance à s’adresser à l’extérieur plutôt qu’aux salariés pour informer.

 

Affaire Bygmalion

 Michel Field a exprimé sa colère sur l’affaire en déclarant que « des « saloperies » courent sur moi depuis des semaines, je ne suis pas content de la manière dont ça s’est passé… »

Il a expliqué qu’une réunion a eu lieu début juillet avec l’équipe d’Envoyé Spécial et Alexandre Kara, Directeur de la rédaction de France 2. Thèmes envisagés : Patrick Buisson (qui publie un livre) et Bygmalion. Au cours de la discussion sur la programmation, Field dit avoir expliqué à Elise Lucet que la diffusion se ferait avant ou après la primaire des Républicains. Il a parlé du danger de se faire instrumentaliser par Frank Attal (le témoin interviewé dans le magazine). Le directeur de l’information du Groupe FTV évoque un malentendu sur la date, ayant évoqué la date du jeudi 8 septembre pour la diffusion, l’équipe d’Envoyé Spécial ayant répondu en substance : ce ne sera pas prêt. Michel Field estime qu’il n’y a pas eu de censure, il n’y pas eu de déprogrammation mais un débat sur la date, bref une querelle de programmation. « J’assume avoir voulu transcrire les conseils de prudence (les recommandations NDLR du CSA). Nous avions une forme de principe de précaution à prendre. »

Début juillet, on ignore le contenu du calendrier de Nicolas Sarkozy, et je vois de la malveillance dans le papier du Canard : campagne de dénigrement alimentée de l’intérieur puisque les informations ont fuité ». Il ajoute : « ma porte est ouverte à tout instant si vous voulez me parler. » Il explique qu’il y a eu aussi une accroche actualité avec la mise en cause de Sarkozy par le Parquet. Field a demandé alors que le 20 h fasse une mouture : « C’est une crise préjudiciable à FTV. J’en sors un peu esquinté. Finalement, la diffusion aura lieu comme prévu le 29 septembre. Mais je le reconnais, j’aurais pu mieux gérer cette affaire ! »

Conclusion : il plaide coupable, « j’ai tenté de concilier les calendriers judiciaires, politiques et médiatiques »

FO fait remarquer que cette affaire nous fait passer « pour des amateurs, ce qui est particulièrement préjudiciable ». Nous avons diffusé Frank Attal dans le journal de 20 h en extrait pour annoncer l’émission mais sans précaution, en « vendant un bon produit marketé » mais ce n’est qu’un témoignage, sans prendre de pincettes, alors que nous savons qu’il est un proche de Mr Jean-François Copé, candidat à la primaire de droite. Mr Attal intervient comme témoin dans le reportage à charge contre Nicolas Sarkozy. FO souligne que dans la période électorale qui va suivre nous devons être exempts de tout jugement partisan et politique… D’autres pressions pour diffuser des témoignages pourraient s’exercer. FO a demandé à Michel Field comment il compte résister à l’instrumentalisation ?

« Je souhaite éteindre cet incendie et je profite de la Commission de déontologie pour vous informer » Concrètement, FO a demandé qu’au moment de la diffusion il envoie une explication sur les conditions de la diffusion du sujet Bygmalion dans Envoyé spécial le 29 septembre.

 

L’équilibre des sujets « politiques » dans les JT

 Les décomptes du CSA servant de base aux remarques des journalistes présents, les confrères journalistes ont fait remarquer que certains candidats ou hommes politiques ou encore responsables syndicaux ne doivent pas bénéficier de mise en avant par rapport aux autres. La direction répond que la responsabilité des choix de sujets et leur durée incombe aux rédacteurs en chef. FO regrette qu’il y ait moins d’invités dans les journaux : nous le regrettons et avançons que nous pouvons trouver un modus vivendi. « On est en retard sur le temps de parole pour le FN, je veux que le pluralisme soit respecté », répond Michel Field, qui a annoncé vouloir faire venir deux invités FN d’ici le mois prochain pour être en conformité avec les temps de paroles impartis.

 

Jacques Hamel, le prêtre « égorgé »

 Des journalistes se sont plaints que leur encadrement leur interdise d’utiliser le verbe « égorger » à propos du prêtre assassiné à Saint-Etienne-du Rouvray. Cette interdiction s’est passée dans l’urgence pendant la fabrication des sujets. FO pose la question : avez-vous donné une consigne pour interdire de dire « égorgé » ? La réponse de Michel Field et Alexandre Kara est catégorique : aucune injonction, aucune interdiction n’a été formulée à l’adresse de la hiérarchie. Alexandre Kara évoque un « excès de zèle à mettre sur le compte de la prudence ». Il ajoute : « Je ne vois pas pourquoi on édulcorerait la réalité. »

 

Les attentats, code de bonne conduite

 Le dérapage du soir de l’attentat de Nice et les erreurs dans la validation, du fait de l’urgence ont été débattus… Il y a eu ensuite 5 réunions avec les médias et le CSA sur ce qu’on doit montrer ou pas. Le CSA a élaboré un code de bonne conduite sur l’injonction des parlementaires. Nous sommes saisis devant le CSA pour une procédure d’atteinte à la dignité humaine. Si la direction se félicite d’être allée assez vite pour le traitement des attentats, FO regrette les dérapages à l’antenne. FO réclame aussi que la responsabilité de la rédaction en chef soit établie précisément concernant cette affaire, mais aussi plus tard en septembre le reportage sur la Burqa (niqab) à Nice. Rappel des faits : une militante du voile intégral, Mme Stéphanie Lécuyer, a fait l’objet d’un reportage la faisant passer pour une musulmane lambda, alors qu’elle déposait une gerbe sur la promenade des Anglais, accompagnée de Rachid Nekkaz (l’homme d’affaires qui paie les amendes pour port de voile intégral à la place des contrevenants). Un reportage qui porte préjudice à la crédibilité de Franceinfo: qui l’a diffusé plusieurs fois à l’antenne et sur le net. Or c’est la présentatrice de Franceinfo: qui a été sanctionnée -écartée de l’antenne-, et non le rédacteur en chef ayant autorisé la diffusion.

 

Droit de retrait des journalistes

À la suite d’agressions de journalistes en tournage dans des quartiers sensibles (Albi, Amiens, Ile-de-France etc…) FO pose la question du droit de retrait en insistant sur les cas des jeunes CDD qui pourraient être envoyés en première ligne. Pour FO, il faut que les journalistes puissent opposer leur droit de retrait lorsqu’ils s’estiment en danger. Et FO réclame que systématiquement dans les zones à risque les équipes soient composées de 3 personnes minimum, demande qu’approuvent les autres syndicats.

 

Les Outre-mer

Stephane Bijoux, Directeur des rédactions du pôle Outre-mer a été interpellé sur les deux journalistes de Guadeloupe qui ont subi des pressions de la part du président de région Ary Chalus, Stephane Bijoux, a déclaré n’avoir pas d’éléments sur ce dossier et n’a pas su nous donner sa version. On lui a demandé également que les journalistes des outremers puissent participer activement à Franceinfo:.

Fo a réclamé que les journalistes d’outremer traitent l’actualité les concernant en priorité (exemple ZIKA). Stephane Bijoux a entendu mais nous a rappelé qu’il n’y a pas de territoires exclusifs. Ce à quoi FO a objecté que les journalistes locaux sont capables de réaliser les reportages pour la chaîne info.

 

Journalistes et WEB

FO a interrogé la Direction sur le rôle de modérateur qu’exercent les journalistes sur Facebook ou sur les sites de France Télévisions. En réponse, la Direction déclare vouloir organiser une réunion spécifique du comité de déontologie consacrée au web d’ici la fin novembre. Cette réunion abordera également les problèmes de la chaîne info.

 

La délégation Force Ouvrière à la Commission de Déontologie des Journalistes de France Télévisions était composée de Marie-Pierre Samitier, Jean-Louis Croci, Clément Weill-Raynal, Patrice Gonfier

Related posts

One thought on “« Le Canard enchaîné, c’est pas le Journal Officiel ! »

  1. Don...

    « je n’ai pas envoyé de démenti car il y a eu un concours de circonstance : l’attentat sanglant de Nice ayant eu lieu le soir, cela m’a semblé obscène de faire valoir mon honneur dans un tel contexte. Donc je préfère laisser courir. »

    Est-ce que Michel Field ne nous prendrait pas tous pour des cons ?

    On le croit sur parole ? Alors que le Canard Enchaîné maintient ses infos ?

    Mais quel autre salarié de FTV aurait droit à une telle indulgence ! C’est dingue !

Leave a Comment