La démocratie sociale : un enjeu sérieux. On ne joue pas avec les relents de l’occupation.

Dans quelques jours, France Télévisions sera dotée d’un CSE, un Comité Social et Économique qui sera un nouvel outil de débats et concertation au sein de France Télévisions. Cette instance unique remplacera désormais les DP, le CHSCT et sera amenée à gérer le « Comité d’Entreprise ».

Depuis quelques jours, deux organisations syndicales (UNSA-CGC) unies dans un seul but électoraliste proposent aux salariés en guise de programme des dessins animés énonçant moultes contre-vérités agressives à l’encontre de leurs concurrentes, qui, hélas pour elles, ont réalisé d’excellents scores au premier tour du scrutin.

Pire, elles parodient avec un goût plus que douteux, Radio Londres qui informait les français dans l’une des périodes les plus sombres de notre histoire. Ils doivent certainement beaucoup s’amuser entre eux à créer cette  propagande d’un autre temps. Aujourd’hui, les collègues sont extrêmement choqués de ces communications dans le service public qui a subi l’occupation. Nous rappelons tous les journalistes et les salariés qui ont été arrêtés durant cette période.

En voulant se faire passer pour des libérateurs, france•tv serait donc actuellement occupé.

Il y aurait d’un côté la france•tv « libre » et la france•tv « sous domination ». Ces images qui touchent l’inconscient collectif sont abjectes et immondes.

C’est honteux, digne d’un gigantesque Fake News, tout en sachant que l’actuel CE du siège est aujourd’hui occupé par les mêmes (UNSA-CGC) qui se disent être les libérateurs !

Force Ouvrière tient à rappeler aux salariés de FTV que la démocratie sociale n’est pas un jeu. D’ici jeudi, nous sommes tous appelés à nous prononcer au sujet d’une instance dont les décisions sérieuses auront des conséquences sur notre avenir collectif au sein de l’entreprise.

Ces communications contre Force Ouvrière sont d’autant plus honteuses que notre syndicat, via son Secrétaire Général, Léon Jouhaux, a reçu un prix Nobel de la paix, après-guerre, pour son implication dans la Libération de notre pays.

Lire aussi...