Hausse générale des salaires : c’est ceinture pour 2014 !

Pas d’augmentation générale des salaires à France Télévisions pour 2014. L’Etat actionnaire n’est pas disposé à octroyer le moindre budget pour compenser l’inflation. La baisse du pouvoir d’achat continue pour tous les salariés.

Les négociations annuelles obligatoires sur les salaires viennent de s’achever sur un fort constat de désaccord. La direction ne propose qu’un saupoudrage salarial, apparemment les caisses sont vides : l’Etat nous a-t-il mis sur la paille ?

augmentation-salaire-cadre-2012

La majorité des revendications constructives de Force Ouvrière ont été rejetées : 1,8 % d’augmentation pour tous les salariés, y compris les CDD et une augmentation de la part patronale sur la partie mutuelle obligatoire.

Dans un contexte particulièrement difficile pour les salariés avec une réduction drastique et continuelle du pouvoir d’achat, notre syndicat souhaite que la direction reconnaisse les efforts collectifs fournis ces dernières années par les personnels de France Télévisions : modification des temps de travail et des contrats de travail, transposition, fusion, nouvelle classification, réduction des coûts budgétaires et des frais de fonctionnement, nouvelle organisation, déménagements…

Les petites avancées sont hélas trop maigres pour compenser le malaise.

–        Environ 2000 mesures individuelles : deux tiers pour les PTA, et un tiers pour les journalistes

–        Environ 600 mesures individuelles pour des salariés n’ayant bénéficié d’aucune revalorisation salariale depuis 5 ans (conformément à l’accord d’entreprise)

–        Revalorisation de 0,7 % pour les plus bas salaires des Personnels Techniques et Administratifs des groupes 1, 2S,  2, 3S,  3, 4S (environ 300 salariés)

–        Les salaires annuels bruts minimaux fonctionnels des journalistes sont revalorisés de 0,7% (sont concernés les journalistes rémunérés sur la base des minimas)

–        Mesures afin de corriger les écarts salariaux entre les hommes et les femmes (environ 250 salariées en dessous de la médiane dans le cadre de l’accord Egalité Hommes/Femmes)

  • revalorisation de 10 % pour les femmes du groupe 1 en disparité (17 salariées)
  • revalorisation de 3 % pour les femmes du groupe 5 en disparité (environ 100 salariées)
  • revalorisation de 3 % les rédactrices en chef adjointe entre 17 et 29 ans d’ancienneté (35 salariées)
  • mesures individuelles ciblées visant à assurer une meilleure reconnaissance des compétences et de l’expertise des femmes au sein de certains groupes de classification, notamment pour les groupes 6, 7, 11 et les passages en 7S, 8S et 11 (environ 100 salariées)

–        Mesures en faveur de la conciliation vie professionnelle / vie familiale (34 salariés)

  • revalorisation du supplément familial de 35 à 38 € pour les 2 premiers enfants
  • revalorisation de l’indemnité de garde d’enfants notamment pour les salariés matinaliers de 6 à 8 €
  • revalorisation de l’indemnité de garde d’enfants notamment pour les salariés parent isolé qui travaillent le week-end ou la nuit de 35 à 40 €

–        Majoration de la prime de restauration de 11 à 12 € (en cours d’arbitrage)

Manifestement, de très nombreux salariés de France Télévisions ne bénéficieront d’aucune revalorisation, même minime pour 2014. Les cadres sont les très grands perdants de cette NAO 2014. La direction considère qu’ils bénéficient de la revalorisation de 3 % du forfait-jour. Force Ouvrière rappelle que le forfait-jour rémunère une augmentation substantielle d’heures supplémentaires désormais non rémunérées. Cet effort qui permet de faire un gain financier important à l’entreprise est nié par la direction, une appréciation d’autant plus dommageable que la rémunération moyenne de ces catégories de personnel ne cesse de baisser depuis 2009.

Related posts

Leave a Comment