Éviction de la présidente de France Médias Monde : À qui le tour ?

Marie-Christine Saragosse FMM

FO Médias a appris que le mandat de Marie-Christine Saragosse était tombé dans la nuit : elle n’est plus la Présidente de France Médias Monde.

Son mandat a été annulé pour « des raisons » administratives. La Loi de 2013 sur la transparence de la vie politique impose aux dirigeants d’entreprises publiques une déclaration de leurs biens et intérêts dans les deux mois après leur entrée en fonction. Cette déclaration s’effectuait auparavant sur un formulaire envoyé directement aux dirigeants. Désormais elle se fait uniquement en ligne de manière délinéarisée. Renouvelée à son poste de Présidente par le CSA le 5 octobre 2017, le délai de déclaration courait jusqu’au 5 décembre. Or, selon la loi de 2013, si la déclaration est hors délai, la nomination « est considérée comme nulle ».

FO Médias est extrêmement perplexe sur les motivations qui ont conduit à l’éviction de Mme Marie-Christine Saragosse, qui intervient comme par hasard, après celle de Mr Mathieu Gallet, Président de Radio France.

Il n’y aurait eu donc dans ce pays aucune personne au CSA, dans la direction de France Médias Monde, au Ministère de la Culture, ou à la Haute-Autorité pour prévenir Madame Saragosse que désormais, les déclarations s’effectuaient uniquement en ligne ? Bizarre, étrange…

D’autant que le Gouvernement s’est lancé dans une réforme de l’audiovisuel public (encore une !) qui s’annonce particulièrement drastique. L’hypothèse d’un regroupement des sociétés de l’audiovisuel public a plusieurs fois été évoquée. De là à voir que « l’occasion fait le larron », il n’y a qu’un pas.

Car FO Médias ne peut que constater que le bilan de l’audiovisuel extérieur de la France n’est pas bon. Si Mme Saragosse a effectivement apaisé socialement France Médias Monde, elle n’a eu aucun projet de développement. Au contraire, le projet de budget pour 2018 envisage des efforts d’économies supplémentaires très importants sur l’éditorial et la distribution qui touchent au cœur des métiers de l’entreprise, avec un risque de perte d’audience : un sabordage cyniquement assumé.

FO Médias n’est donc pas si étonné de cette éviction qui marque un désaveu de son bilan et de la stratégie menée. Car évidemment cette éviction ne peut-être qu’une excuse ou un prétexte.  Les tutelles ont sans doute conclu que ce bilan n’était pas à la hauteur de la politique d’influence de la France.

Néanmoins, FO Médias regrette que l’investissement et le sérieux des professionnels de France Médias Monde soient mis à mal pour des raisons politiques, ce n’est pas acceptable !

FO Médias rappelle qu’il n’est pas question pour une organisation syndicale de choisir ses patrons ou d’intervenir dans les processus de désignations, ce n’est pas son rôle.

Nous sommes légitimement très inquiets pour les personnels de l’audiovisuel public de ces évictions à la chaine : ce sont des situations anxiogènes qui fragilisent les salariés et les stratégies d’entreprises. On voudrait démanteler ces sociétés qu’on ne s’y prendrait pas autrement…

France Médias Monde, c’est l’image de la France à travers le Monde, nous craignons, avec ce genre de situation ubuesque, d’en être la risée.

Évidemment, ces contextes inédits dans l’audiovisuel public, peuvent faire penser à tous qu’il s’agit là d’une volonté de mainmise de l’État. Devons-nous craindre pour l’indépendance de la Presse dans notre pays ?

France Médias Monde va devoir réunir un conseil d’administration extraordinaire pour mettre en place une  « gouvernance transitoire ». Le doyen des administrateurs, Francis Huss, représentant l’Assemblée des Français de l’étranger, devrait assurer l’intérim.

Après l’éviction de Matthieu Gallet, Président de Radio France et celle de Marie-Christine Saragosse, Présidente de France Médias Monde, à qui le tour ? Nous pensons forcément aux salariés de France Télévisions et de l’INA qui doivent aujourd’hui se poser beaucoup de questions sur leur avenir…

 

 

Lettre de Madame Marie-Christine Saragosse adressée aux salariés de France Médias Monde

Mardi 13 février 2018

Chers toutes et tous,

J’ai appris aujourd’hui, avec stupéfaction, que mon mandat de Présidente-directrice générale de France Médias Monde était tombé.

À la suite de mon renouvellement le 5 octobre dernier, j’aurais dû spontanément, sans qu’aucune demande formelle ni aucun courrier ne m’aient été adressés, faire parvenir à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique une déclaration de situation patrimoniale de fin de fonctions ainsi qu’une nouvelle déclaration d’intérêts.

J’avais procédé à ces déclarations, d’abord en 2013 auprès de la Commission pour la transparence financière de la vie politique, puis en 2015 auprès de la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique, chaque fois à leur demande formelle selon un questionnaire qui m’était transmis. J’ignorais que la procédure avait changé et que c‘était de ma propre initiative que je devais désormais accomplir ces actes en ligne, et j’attendais donc en toute bonne foi d’être saisie.

En vertu des dispositions définitives de la loi relative à la transparence de la vie publique du 11 octobre 2013, les délais de dépôt de ces déclarations étant dépassés, mon mandat est donc tombé automatiquement.

Dans l’hypothèse où le CSA serait amené à lancer une nouvelle procédure de nomination, je serais évidemment candidate selon les modalités qu’il définirait. Dans cette attente, un Conseil d’administration extraordinaire sera réuni dans les plus brefs délais pour mettre en place la gouvernance transitoire, selon les dispositions statutaires de la société et en lien d’autant plus étroit avec nos ministères de tutelles que c’est la première fois qu’un tel cas de figure se produit.

J’espère de tout cœur, dans la période qui s’ouvre, pouvoir poursuivre le travail que nous avons accompli ensemble avec succès depuis plus de cinq ans.

Dans un souci de transparence et en preuve de ma bonne foi, je tiens à la disposition de tous les déclarations tant de 2015 que de 2017, ma situation n’ayant d’ailleurs pas évolué entre ces dates.

Bien à vous tous,

Marie-Christine Saragosse »

Related posts

One Thought to “Éviction de la présidente de France Médias Monde : À qui le tour ?”

  1. […] tout est dématérialisé et ces pratiques sont plus à l'ordre du jour. Mathieu Gallet, le syndicat FO Médias a émis des doutes dans un communiqué, parlant d'une […]

Comments are closed.