Défraiements des salariés en CDD, Force Ouvrière ne lâchera rien !

C’est ce lundi 20 février, à Paris que les organisations syndicales représentatives des salariés (FO – CGT – CFDT – SNJ), vont écouter les propositions de modification de la direction concernant sa réforme des défraiements des salariés en CDD.

Ces discussions ont lieu dans le cadre d’une saisine de Force Ouvrière et des autres organisations syndicales. Celle-ci oblige la direction à négocier en prévention de probables conflits sociaux.

Lors de la dernière réunion, les débats avaient surtout tourné autour de la sémantique.

Mais pour Force Ouvrière, ce ne sont que les faits qui comptent. Au-delà  des questions de vocabulaire entre «  frais de missions » et « indemnités de mobilité », un salarié non permanent qui acceptait jusqu’à aujourd’hui une mission loin de son domicile était remboursé (jusqu’à un certain plafond) de ses frais : ce n’est plus le cas !

De même vouloir homogénéiser les remboursements à 74 € (sur justificatifs) pour se loger et dîner quelque soit la ville où l’on exerce sa mission est une pure aberration, et une méconnaissance criante des territoires.

Force Ouvrière veut bien tout entendre de la direction : « nous avons mal compris », « mais non rien ne change »… La direction va devoir dissiper tous les doutes, conformément au Code du Travail. Ainsi, nous rappelons que l’employeur doit assumer le risque entrepreneurial, il lui appartient donc de rembourser tous les frais occasionnés au salarié par son activité professionnelle, sur présentation de justificatifs ou sous forme de forfait.

Nous savons qu’actuellement des chefs de service ont beaucoup de mal, ou sont dans l’impossibilité, de boucler leur planning. Des salariés CDD refusent des contrats de travail où ils ne sont pas correctement remboursés. Ces mêmes chefs de service, sous couvert d’anonymat, disent comprendre la réaction de ces salariés.

Dès ce lundi soir, si la direction ne répond pas aux préoccupations et aux inquiétudes légitimes des salariés en CDD, Force Ouvrière prendra ses responsabilités et envisagera toutes les actions possibles pour créer un rapport de force.

Nous avons bon espoir qu’après cette saisine, à laquelle la direction a bien voulu répondre, des solutions concrètes soient enfin apportées. Les salariés en CDI de France Télévisions sont entièrement solidaires de leurs collègues en CDD. L’équité concernant les défraiements est absolument nécessaire.

Force Ouvrière n’acceptera jamais que des salariés paient pour travailler ! Cette concurrence libérale organisée entre salariés est honteuse et n’est pas digne de France Télévisions.

Related posts

Leave a Comment