Compte rendu du comité de déontologie et principes professionnels journalsites du 4 novembre

Mercredi 4 novembre s’est tenue une commission de déontologie en présence de :

  • Pascal Golomer, directeur exécutif en charge de l’information
  • Laurence Bobillier, directrice de l’information régionale de France 3
  • Alain Rodaix, adjoint au directeur, en charge de la rédaction de France Ô
  • Daniel Bilalian, directeur général adjoint en charge des Sports
  • Laurent Tolazzi, DRH auprès de la direction générale déléguée à l’information
  • Nicolas Jacobs, médiateur de l’information de France 2
  • Marie-Laure Augry, médiatrice de l’antenne de France 3

Et des organisations syndicales représentatives FO, CGT, CFDT et SNJ.

Les points suivants ont été abordés :

  • Le traitement du CCE d’Air France
  • L’annulation de l’émission Des Paroles et Des Actes avec Marine Le Pen
  • Les soirées électorales des Régionales
  • L’utilisation d’images de France Télévisions dans un meeting de Nadine Morano
  • La protection des rushes sensibles
  • Les droits d’auteurs des oeuvres utilisées (notamment musicales)
  • La multiplication de tournages en “kit”

Deontologie-journalisme-Affiche

  • LE TRAITEMENT DU CCE D’AIR FRANCE :

La discussion a porté sur un reportage en particulier, celui dans lequel l’un des auteurs de l’agression a été cerclé de rouge et non flouté !

Selon la direction, il s’agissait de mettre clairement en évidence ce qu’il s’était passé et non de dénoncer qui que ce soit. Le directeur de l’information Pascal Golomer a regretté que la personne ait été identifiée aussi clairement.

Les organisations syndicales ont regretté un traitement émotionnel des faits sans véritable mise en perspective, occultant les causes de la colère sociale. En prolongement, la question du traitement de l’information économique a été évoquée.

Quelle est la ligne éditoriale en la matière ? Réponse de la direction : à la fois présenter les faits, expliquer, mettre en perspective, varier les points de vue, comparer avec ce qui se fait à l’étranger.

  • ANNULATION DE L’EMISSION DPDA AVEC MARINE LE PEN :

Ce point fait notamment suite à l’affaire de l’émission Des Paroles et Des Actes, dans laquelle Marine Le Pen était invitée pour la 5ème fois, avant de se décommander deux heures avant l’émission.

Qui a décidé que soient invités les deux principaux candidats opposants en Nord- Picardie ?

Sur cette affaire, la direction précise que la difficulté est d’avoir un seul invité pour une émission long format. Dans ce cas de figure, la direction ne s’interdit pas de mener une réflexion pour faire évoluer le concept de l’émission.

En marge de l’incident, la question suivante fut posée : quelles consignes sont données aux rédacteurs en chef à ce sujet par rapport au Front National ?

Réponse de la direction : ce sont des personnages politiques comme les autres ; il ne faut pas les mettre au centre du débat. Il faut faire son métier de journaliste, ne pas chercher à faire le buzz, en clair, ne pas faire dans « l’admiration morbide » comme cela a été fait lors de l’élection de Brignoles (qui n’était qu’une cantonale partielle).

  • LES SOIRÉES ÉLECTORALES POUR LES RÉGIONALES

La directrice de l’information régionale de France 3, Laurence Bobillier, confirme bien la mise à l’antenne de 13 soirées électorales, dans les 13 grandes régions.

Commentaire des représentants syndicaux : cela signifie que 11 régies vont rester en sommeil et que l’expression des politiques dans ces régions sera amoindrie. L’exemple de la région Languedoc Roussillon/Midi-Pyrénées est cité : on peut penser que Montpellier sera moins présente que Toulouse…

La commission élargit le débat : comment préserver un traitement à l’échelle des 22 régions actuelles dans un paysage réduit à 13 régions ? Dana Hastier, directrice du réseau France 3, n’a-t-elle pas évoqué la « nécessité pour France 3 de montrer sur ses antennes la réforme territoriale » ?

Sur ce point, Laurence Bobillier, indique que France 3 doit adapter son offre éditoriale à la nouvelle réforme.  La commission l’entend mais s’interroge sur l’organisation future des antennes.

En marge, l’exposition du réseau régional évoqué

Qu’en sera-t-il aussi pour les programmes et les éditions locales ? La direction répond qu’aucune suppression de programmes n’est prévue. Au contraire, elle indique qu’un magazine économique géré par le réseau  régional sera créé et diffusé le mercredi après soir 3. La première diffusion est prévue en février.

Concernant les locales, la seule question qui pose problème est celle-ci : qui les reçoit ? Investir les millions nécessaires pour la diffusion sur les box pourrait être une solution simple, mais aujourd’hui rien n’est décidé.

Une commission extraordinaire sera organisée au mois de décembre prochain pour évoquer plus amplement le sujet stratégique de l’organisation future du réseau.

  • L’UTILISATION D’IMAGES DE FRANCE TV DANS UN MEETING DE NADINE MORANO

La direction dit ne pas être au courant, le service d’achat des images n’a pas été contacté. Des dispositions seront donc prises, au plan judiciaire si nécessaire.

  • COMMENT PROTÉGER LES RUSHES SENSIBLES?

La direction rappelle qu’on peut bloquer certains rushes sensibles via des alertes dans Mona Lisa. Il existe aussi la possibilité de « demander un coffre-fort » (ouvert à deux reprises depuis sa mise en place).

La commission souhaite que soient rappelées sous forme de notes les procédures aux salariés.

  • LES DROITS D’AUTEURS DES ŒUVRES UTILISÉES (NOTAMMENT MUSICALES)

Les droits d’auteurs  s’avèrent plus compliqués à déclarer lorsque les œuvres proviennent d’internet (type Deezer). La direction prend note et rappelle que la règle est de s’assurer (en particulier pour les photos) de l’origine, de l’authenticité et de l’identité de l’ayant-droit.

  • DE PLUS EN PLUS DE TOURNAGES EN « KIT »

La direction récuse la notion de « JRI ramasseur d’images » et rappelle que les journaux ne sont pas qu’un enchainement de reportages unitaires. Le 20h propose tous les jours des sujets de 4, 5 et 6 minutes. Néanmoins, elle indique qu’elle ne voit pas d’inconvénients à fabriquer des reportages avec des images issues de sources différentes.

La commission s’est achevée avec l’évocation de la liberté d’expression, liée à l’affaire Verdier (voir tract FO du 5 novembre).

La prochaine commission aura lieu au mois de décembre.

Vos représentants FO

Jean-Louis Croci, Bruno Demange, François Ormain

Related posts

Leave a Comment