Commission de déontologie des journalistes pour l’année 2013 – piqûre de rappel

Jeudi dernier s’est tenue la première commission de déontologie pour l’année 2013. De nombreuses questions ont été mises sur la table dont beaucoup n’ont pas reçues de réponse que nous voulons obtenir lors de la prochaine réunion :

 – La direction prône la transparence des financements vis à vis du public. Cela apparaîtra-t-il à l’antenne et de quelle façon?

–  Une liste des collaborations extérieures des journalistes des rédactions nationales a été établie. Qu’en est-il pour les journalistes des régions?

– Des journalistes sont engagés dans des structures associatives financées par des politiques locaux. Quelle attitude adopter, quel contrôle pour empêcher les reportages de complaisance?

– La diffusion de tweets sur les réseaux sociaux est devenue une sorte de média. La direction a souhaité conduire une réflexion dans toutes les rédactions à ce sujet. Où en est-on aujourd’hui?…

lesyndicatduweb.worddp2

La rédaction des sports, Fair Play?

En écho au label AFNOR, obtenu par France Télévisions et promouvant la diversité, les organisations syndicales ont pointé le casting très masculin réalisé à l’occasion des jeux olympiques de Sotchi. Le directeur des sports Daniel Bilalian se défend de tout ostracisme. Il indique que ses programmes font une large place au sport féminin, rugby et foot notamment et que Stade 2 est présenté par une femme…

Force Ouvrière rappelle que l’accord FTV sur l’égalité entre les femmes et les hommes préconise la parité à l’antenne.

Par ailleurs, les commentaires sexistes de Philippe Candeloro à ces mêmes JO ont fait le buzz sur les réseaux sociaux et ont été dénoncés par les salariés de l’entreprise et le C.S.A. La direction informe qu’un recadrage a eu lieu. Le consultant a été reconduit dans ses fonctions et a donné toute satisfaction lors des championnats du monde de patinage. « Nous avons besoin d’un grand nom pour un public pas forcément averti » prétend Daniel Bilalian.

Les élections à l’antenne

 Les débats politiques relèvent de la responsabilité éditoriale. S’agissant des invités, « on ne peut obliger quelqu’un à débattre avec quelqu’un d’autre » affirme Pascal Golomer, directeur de l’information. « Cela est une préoccupation dans l’organisation de nos débats et s’applique à n’importe quelle personnalité politique ».

Par ailleurs, le temps de parole accordé aux différentes formations politiques doit faire l’objet de la plus grande vigilance. Selon la direction, « lors des dernières élections municipales, malgré la diversité des formations politiques et la multiplicité des reportages, les recommandations du CSA en matière de temps de parole ont été respectées », chiffres à l’appui.

Pour FO, le temps de parole doit être apprécié en fin et non en début de campagne.

Le saumon de Norvège dans les filets déontologiques

Le magazine d’Envoyé Spécial et le sujet JT sur le saumon de Norvège ont-ils été commandités par le lobby du saumon avec, à la clé, voyages payés et informations fausses ?

Non récuse Agnès Vahramian, directrice adjointe de la rédaction de France 2. « Il y a deux sujets, deux partis pris mais rien dans la forme et le contenu qui ne soit contraire aux principes déontologiques » soutient-elle.

FO renvoie à la charte d’éthique professionnelle qui édicte que « tout journaliste tient la déformation des faits, le mensonge, la manipulation, la censure pour les plus graves dérives professionnelles ».

Contrats de qualification

marketingetudia

Les contrats de qualification dans les rédactions sont-il un réservoir de main-d’œuvre bon marché ou un investissement sur l’avenir?

Yannick Letranchant et Olivier Loubet, responsables de la coordination des rédactions,  indiquent que ces contrats répondent à des obligations légales, conventionnelles et aux partenariats  noués avec certaines écoles. Ils respectent le label diversité. Les candidats font l’objet d’une sélection suivie d’une journée d’accueil à l’université FTV durant laquelle sont présentées l’entreprise et les règles déontologiques.

Les jeunes sont encadrés sur un plan administratif, technique et journalistique. Ils sont suivis par un tuteur, journaliste, cadre encadrant… dont les organisations syndicales souhaitent le renforcement comme le prévoit le contrat de génération. 24 jeunes (y compris en régions) bénéficient du dispositif sur 2 ans. Selon la direction, cette expérience peut constituer une porte d’entrée dans l’entreprise même s’il y a peu de postes.

Pour Force Ouvrière, les contrats de qualification n’ont pas vocation à combler le manque de contrats C.D.D ou C.D.I. Ils relèvent de la politique d’intégration professionnelle dans l’entreprise.

En bref et en échos…

Capture d’image internet

 

obtenir confirmation du libre droit avant utilisation et faire attention aussi à la qualité de l’image.

 

Mineurs à l’antenne

 

la prise de conscience se fait au sein des rédactions. Hors manifestations publiques, des formulaires d’autorisation doivent être remplis par les parents. A défaut, flouter les images.

 

Collaborations extérieures

 

l’accord collectif interdit des collaborations au sein d’écoles non-agréées.

 

Réseaux sociaux

Certains envois peuvent apparaître comme des éléments d’information mais aussi de désinformation et parfois même de provocation. Chacun doit observer la plus grande circonspection à l’égard de ces réseaux. 

Protection des journalistes par la hiérarchie

 

Selon la charte d’éthique, « la sécurité matérielle et morale est la base de l’indépendance du journaliste. Elle doit être assurée, quelque soit le contrat de travail qui le lie à l’entreprise ».

Charte d’éthique

 

un livret a été distribué dans les rédactions nationales. Les rédacteurs en chef des régions doivent en faire la demande. L’accord collectif est disponible sur Monespace ainsi que la charte des antennes. Chacun peut y avoir accès.

Une nouvelle réunion doit avoir lieu au mois de juin. Si vous souhaitez y participer merci de contacter notre bureau.

Related posts

Leave a Comment