Comité des salaires : la spirale infernale des disparités

Les comités des salaires se tiennent actuellement dans les établissements de France Télévisions. Au-delà des préconisations de l’accord collectif, la direction fait le choix de l’opacité dans sa politique de distribution, entraînant à nouveau la spirale infernale des disparités. Force Ouvrière dénonce ce processus inique. 

blogorama.fr
blogorama.fr

L’accord collectif du 28 mai 2013 a vocation à corriger les inégalités de traitement entre les salariés (article 2.1.1. Mesures salariales individuelles).

En effet,

– Il oblige la direction à un traitement équitable des salariés

– Il permet d’examiner en priorité la situation des salariés qui n’ont rien touché depuis au moins 4 ans révolus

– Il permet aux représentants du personnel dans les établissements, mais aussi à travers un comité national de suivi des salaires, de contrôler l’équité dans la distribution des mesures.

Toutes ces dispositions sont positives et constituent des avancées.

Seulement voilà, la transposition/harmonisation est passée par là, entraînant du même coup un « blocage psychologique » dans l’esprit de nos dirigeants. Cette opération de réajustement est considérée selon eux comme une fin en soi.

La transposition/harmonisation des PTA et des journalistes avait vocation à remettre les pendules à l’heure. Dans ce cadre, de nombreux salariés ont bénéficié d’une mesure qui n’est en fait qu’un rattrapage.  Tous ceux-là restent encore en dessous du salaire médian dans leur fonction.

Aujourd’hui et paradoxalement, la direction décide de ne pas donner une augmentation individuelle aux salariés qui ont bénéficié d’une harmonisation dans le cadre de la transposition au motif qu’ils ont obtenu une mesure supérieure ou égale à 2,5% pour les PTA et 3,5 % pour les journalistes. Autrement dit, le blocage de ces salariés victimes d’un préjudice, pendant des années, va continuer.

Autres aberrations, les représentants du personnel n’ont pas accès aux fiches de carrière des salariés, même de ceux qui ont pourtant donné leur accord. La seule information disponible concerne les salariés n’ayant rien eu depuis 4 ans. Cela laisse toute latitude à la direction d’octroyer une reconnaissance financière à qui elle veut, quelque soit l’antériorité des mesures et du niveau de salaire, en toute opacité.

En outre, l’intégration de certaines primes dans le salaire de base notamment pour des populations bénéficiant de compétences complémentaires fausse l’appréciation de la rémunération des salariés concernés dans leur catégorie d’emploi.

L’injustice salariale ne cessera-t-elle donc jamais à France Télévisions?

Force Ouvrière demande

– de revaloriser en priorité les 4 ans révolus sans mesure

– d’obtenir les documents nécessaires pour effectuer une analyse et une étude précise des salaires

– de tenir compte de certaines primes intégrées au salaire de base pour apprécier objectivement une situation

– de ne pas tenir compte de la transposition/harmonisation dans les attributions des mesures individuelles, au même titre que les mesures de disparités hommes-femmes en 2009

Par conséquent, FO exige de  la direction de revoir immédiatement les modalités d’exercice du comité des salaires. Il faut en finir avec la spirale infernale des disparités. Le comité de suivi national des salaires se tiendra prochainement, n’hésitez pas à nous faire part dès à présent de votre situation. 

Related posts

Leave a Comment