Boules puantes de la CGC sur la campagne des élections de France Télévisions.

Il n’est pas dans l’habitude de FO de répondre aux provocations de la CGC Médias et de son blog de délation. Nous savons trop bien que les querelles stériles et les attaques entre syndicats nuisent à l’image de notre entreprise et ne servent pas les intérêts des salariés. Mais cette fois-ci, la confédération générale des cadres (CGC) a dépassé les bornes. Ils attaquent de manière ad hominem des élus de FO et de la CGT sur leur gestion du CI-ORTF entre 2010 et 2014. Des mauvais amalgames font penser que des élus « s’en sont mis pleins les poches ».

Nous regrettons que la CGC distille des approximations et des contre-vérités qui nuisent à l’existence même du CI-ORTF.

Cette institution sociale créée en 1974 pour les salariés de l’audiovisuel public permet à des dizaines de milliers d’enfants ou de familles de salariés de l’audiovisuel public de partir en colonies de vacances ou en voyage. Il est stupide et dangereux de vouloir scier la branche sur laquelle nous sommes tous assis et de critiquer un comité interentreprises qui a fait ses preuves. Jeter en pâture ainsi le CI-ORTF à tous les ennemis du service public de l’audiovisuel est totalement irresponsable.

Pire, la CGC omet évidemment de dire qu’elle dirige le CI-ORTF depuis 2014 avec la CFDT, le SNJ, SUD et l’UNSA. Effectivement, comme semble l’indiquer le rapport de la Cour des Comptes, en tout cas ce que la Presse en relate, la situation du CI-ORTF est préoccupante. Cette mauvaise gestion incombe d’abord à l’équipe actuelle. La situation s’est même largement dégradée en 4 ans puisque même le Défenseur des Droits s’en est mêlé dénonçant l’attitude managériale du nouveau bureau …

Nous demandons que le rapport confidentiel de la Cour des Comptes (qui est tombé du camion juste avant les élections de France Télévisions, comme c’est bizarre) soit remis à l’ensemble des élus du CI-ORTF, ainsi qu’aux responsables syndicaux.

Nous savons aussi que les recommandations de la Cour des Comptes, ses critiques, peuvent servir à reformer et à faire évoluer dans le progrès le CI-ORTF. Nous n’avons pas peur de l’avenir. Le travail effectué par la Cour peut être bénéfique pour tous les ayants-droits de l’audiovisuel public afin de pérenniser le CI-ORTF.

Concernant FO au CI-ORTF, que la CGC incrimine pour la période 2012-2014, il a semblé pourtant inutile à la Cour des Comptes de nous envoyer ni son rapport, ni une convocation, ou demandes d’explications, pas même un coup de téléphone. La raison en est très simple : FO n’a jamais participé à la gestion des comptes, n’a demandé aucun remboursement de frais (aucun billet de train pour une réunion plénière), aucun frais personnel, pas même un cadeau accepté ou un voyage, rien. Toutes nos actions ont été totalement désintéressées et mises au profit de tous les salariés de l’audiovisuel public… .

Cette gestion vertueuse et philanthropique, cette philosophie que nous nous sommes appliquée, nous voulons bien la comparer avec ceux qui remuent la boue aujourd’hui.

La CGC devrait faire plutôt le bilan de son action à France Télévisions. Aucun accord signé, aucune négociation, aucune revendication véritable. Le syndicat FO a même constaté récemment qu’un salarié en difficulté professionnelle, cadre de la CGC est venu demandé de l’aide à notre syndicat…

Nous constatons que la CGC se permet d’insulter une nouvelle fois le syndicat FO. C’est pourquoi FO Médias et la Fédération des Arts, du Spectacle, de l’Audiovisuel et de la Presse saisissent leurs conseils pour ester en justice contre la CGC pour diffamation et dénonciation calomnieuse. La volonté de nuire à notre image et à l’honorabilité de nos responsables de manière répétée, n’est pas digne d’une Organisation Syndicale.

Lire aussi...