Augmentation générale des salaires : « les riches c’est fait pour être riche, les pauvres c’est fait pour être pauvre »

Louis de Funès, philosophe social : « Les riches c’est fait pour être riche, les pauvres c’est fait pour être pauvre »

 

Les organisations syndicales représentatives ont été réunies par la direction pour discuter des augmentations de salaires à France Télévisions dans le cadre des NAO (Négociations Annuelles Obligatoires) : Il n’y aura pas d’augmentation générale des salaires !

La direction explique qu’elle se voit contrainte par les actionnaires de respecter la trajectoire budgétaire du Contrat d’Objectif et de Moyens.

Evidemment l’histoire pourrait s’arrêter là, mais à FO nous avons décidé de négocier et d’obtenir. Car nous ne pouvons que constater que l’embellie des salaires touche toutes les grandes entreprises de notre pays, pourquoi pas la nôtre ? Pourquoi la direction ne suivrait-elle pas la marche du progrès et du social ? Pourquoi la direction ne récompenserait-elle pas les efforts fournis par les salariés de France Télévisions : la suppression de 500 postes, un budget à l’équilibre pour la 3ème année consécutive, des déménagements à outrance, des mutualisations,  des polyvalences, des nouvelles expérimentations et organisations de travail génératrices de stress, des formations aux nouveaux outils pour rester performant, des non-remplacements des absents, des nouveaux logiciels ?

Force Ouvrière France Télévisions a posé ses revendications afin d’obtenir des avancées pour tous les salariés lors des prochaines réunions :

– Une prime d’intéressement pour tous les salariés afin de les gratifier légitimement de leur engagement et des efforts consentis.

– Des dispositifs de primes afin de responsabiliser les managers et de valoriser l’engagement des travailleurs.

– La renégociation des accords salariaux dans l’entreprise, pour la prise en compte de justes rémunérations du travail des salariés. 

– La communication de la grille de rémunérations des salariés CDDU des radios outre-mer afin d’engager une négociation de réévaluation.

– La revalorisation de l’ensemble des éléments salariaux spécifiques de notre accord collectif. Ils n’ont pas évolué depuis 2013 (prime de naissance, prime de mariage,    supplément familial, médaille du travail, indemnité de garde d’enfant, indemnisations financières diverses, ou primes afférant aux temps de travail, tickets restaurant…).

– Instauration pour les PTA d’un 13eme mois.

L’ensemble des experts estiment que l’inflation (augmentation générale des prix) en 2018 sera entre +1,1 % et +1,4%. Le journal la Tribune, qui ne passe pas pour être particulièrement proche des syndicats, indique dans ses éditions que la hausse moyenne des salaires en France a augmenté de +1,9 % en 2017 et elle prévoit une augmentation moyenne de +2,4% en 2018.

 

Contexte de la négociation

Les premières propositions de la direction ne sont pas acceptables.

Sans surprise, pas d’augmentation générale (comme depuis plus de 10 ans). En revanche, exactement comme l’année dernière la direction consent à une augmentation +1,4 % de la RMPP (Rémunération Moyenne des Personnels en Place). Cette enveloppe ne concernera que les mesures catégorielles, les automatismes et les mesures individuelles. Selon les estimations de FO, environ 15 % des personnels peuvent espérer une mesure : c’est très peu.

Cette austérité salariale ne semble pas concerner toutes les strates de l’entreprise. FO a jeté un pavé dans la marre en expliquant que la moyenne des salaires des Ouvriers Employés avait baissé sur un an de -1,73 % alors que dans le même temps celles des 10 plus hauts salaires de l’entreprise avaient progressé de +10,81 % : inacceptable !

Les plus hauts salaires ont même explosée ses dernières années : 185.475 € en 2015, 194.559€ en 2016, 256.960€ en 2017, 284.742€ en 2018 ! La hausse est exponentielle et la présidente n’étant pas le plus haut salaire de l’entreprise… A titre de comparaison la moyenne salariale du quart des plus bas salaires de l’entreprise à temps plein était de 27.064€ en 2017, il sera de 26.595€ en 2018. FO réclame la transparence totale sur les hauts salaires de l’entreprise puisqu’il s’agit d’argent public. Comme pour la BBC, nous souhaitons que ces salaires soient publiés, diffusés et désanonymisés.

D’autres catégories de personnels voient baisser leurs moyennes salariales :

Techniciens / Maîtrise / Techniciens supérieurs, cadres supérieurs, métiers artistiques, reportages et contenus d’information, encadrement…

Autre constat alarmant : la disparité des augmentations salariales. Les personnels techniques et administratifs cumulent -1,21 % de perte de salaire sur les autres catégories de travailleurs.

La direction explique que cela est dû en parti au forfait jour qui impacte peu les PTA.

Le deuxième round des augmentations de salaire va s’ouvrir très prochainement. Vous pouvez compter sur FO pour faire plier cette direction afin qu’elle cesse son plan d’austérité contre nous ! On s’y engage.

Related posts

Leave a Comment