Antenne de Caen: la nouvelle direction régionale se présente les mains dans les poches

Le directeur régional est venu présenter sa nouvelle équipe dirigeante aux salariés de Caen : un délégué à l’antenne et aux programmes, un délégué au numérique, un administrateur. Une allocution de trente secondes avant d’inviter au café à la quantité proportionnelle à la causerie. En effet, les salariés sont restés sur leur soif : aucune annonce, pas la moindre ébauche de projet pour Caen. Et pour cause, le directeur attendait le séminaire national des nouvelles directions pour connaître sa feuille de route. Une attitude qui augure mal de l’autonomie de décision et d’action dévolue aux nouvelles directions régionales promise par la direction générale.

Si la direction régionale n’a rien à dire en termes d’information, de programmes, de numérique et d’administration, les salariés de Caen ont bien des choses à dire et l’expriment d’abord par leur travail. Un travail consciencieux, assidu, collectif et souvent exercé dans l’abnégation. Résultat : ils affichent les meilleures audiences du Nord-Ouest avec l’effectif le plus réduit du pôle.

Qu’à cela ne tienne, la nouvelle politique de doublement de l’offre régionale passe aussi par Caen. L’émission du matin est doublée passant de 26 à 52 minutes, à budget et à effectif constant bien sûr. Avec sans doute moins à l’avenir, compte tenus des futurs départs à la retraite non remplacés (500 au niveau du groupe et dont le réseau régional sera lui aussi contributeur).

Force Ouvrière alerte sur les conditions de travail.  Déjà, les amplitudes horaires  à Caen  augmentent sensiblement affectant l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée, notamment des techniciens. FO rappelle que le temps de travail à France Télévisions est régit par un accord collectif matérialisé par un contrat entre employés et l’employeur. Ce contrat doit être respecté, sauf modification avec avis des instances représentatives du personnel et avenant signé par le salarié. En outre, FO rappelle que le droit européen imposant le respect entre vie professionnelle et vie privée est repris dans l’accord collectif d’entreprise. En cas de dépassements excessifs et prolongés du temps de travail, qui pourraient entraîner son lot de risques psychosociaux, le syndicat se réserve le droit de saisir les instances et administrations compétentes à l’intérieur et à l’extérieur de l’entreprise.

Cela étant, la grande Normandie s’impose désormais à Caen et à Rouen. Dans ce cadre, certaines mutualisations peuvent se justifier et pourquoi pas dégager des moyens pour la télévision du matin ou d’autres créneaux. Mais, un regard éditorial commun ne saurait compromettre l’information de proximité qu’attendent les contribuables et inscrite dans le contrat d’objectifs et de moyens passé avec l’Etat actionnaire.

Ainsi, FO sera particulièrement vigilant à l’activité de l’antenne de Caen, à l’équilibre entre les deux antennes normandes au moment où le pouvoir se recentre à Rouen.

Afin de donner de la visibilité aux salariés, du sens et de la dynamique au travail, Force Ouvrière demande à la direction régionale de produire dès que possible son projet. Une feuille de route concertée en matière éditorial, de programmes, de numérique, d’organisation, de temps de travail, d’emploi… pour une antenne qui mérite mieux qu’un fond de tasse de café*.

*cette revendication vaut pour toutes les antennes régionales

                                                                                           Caen, le 9 janvier 2017

Communiqué adressé à Dana Hastier, Laurence Bobillier, Frédérique-Marie Lamouret, Delphine Ernotte Cunci, Yannick Letranchant, Olivier Montels, Olivier Godard

 

Related posts

Leave a Comment