A la limite du « SEUIL » de l’acceptable …

Lors de la conférence de presse de rentrée de ViaStella en septembre dernier, le directeur territorial, le directeur des antennes ainsi que la rédactrice en chef ont réaffirmé unanimement leur volonté de continuer à renforcer et développer la pratique de la langue Corse à l’antenne et d’accroitre notre présence sur le web et les réseaux sociaux afin de répondre aux nouveaux modes de consommation du téléspectateur.

Ces ambitions se traduisent notamment par l’aboutissement de 2 cursus de formation au Diplôme Universitaire de journalisme corsophone en partenariat avec la Collectivité de Corse, l’Université de Corse et l’E.S.J., initiées quelques années auparavant.

Cursus complété par une formation dédiée à l’ensemble des outils qui permettent d’alimenter nos différentes plateformes numériques. Site internet et réseaux sociaux dont le nombre d’abonnés ne cesse d’augmenter chaque année et dont se félicite la direction dans un récent mail de communication.

Désormais, France 3 Corse ViaStella se voit enfin dotée de ressources supplémentaires formées aux besoins spécifiques de notre chaîne (rédacteur corsophone à compétence complémentaire JRI, rédacteur web et rédacteur présentateur) en adéquation avec les nouvelles orientations stratégiques de l’entreprise.

Ceci étant dit, c’était sans compter sur …

La mise en place par France Télévisions d’une nouvelle politique de recours aux non-permanents avec l’instauration de règles visant à réduire significativement l’inscription de nouveaux collaborateurs en CDD.

En conséquence, la direction de France 3 Corse ViaStella a décidé de réduire de moitié le nombre de jours de collaboration avec les journalistes corsophones issus de la dernière promotion en se désengageant totalement du processus mis en place depuis plusieurs années.  Privilégiant la règle au détriment des réels besoins spécifiques nécessaires au bon fonctionnement de ViaStella mettant ainsi en péril la ligne éditoriale de notre chaîne.

Concrètement, nous avons l’autorisation «gracieuse» de recourir à nos CDD locaux (journalistes et PTA compris) dans la limite de 2 semaines par mois. L’objectif avoué de la direction étant de ne pas fidéliser un CDD afin d’éviter d’éventuelles requalifications en CDI.

Ne souhaitant pas devenir leur seul et unique employeur, la direction suggère à nos jeunes diplômés de démarcher d’autres médias en prenant le risque inconsidéré de voir partir ces compétences ailleurs alors qu’elle-même s’est employée financièrement et humainement à mettre en œuvre…  ou comment scier la branche sur laquelle on est assis tout en se tirant une balle dans le pied…

Une totale aberration pour notre syndicat sachant que la DRH de proximité a les pleins pouvoirs de déroger aux seuils de référence annuels de chaque CDD si l’activité et le besoin l’exigent.

De la même manière qu’un plafonnement annuel de jours de collaboration soit imposé aux CDD réguliers alors que celui-ci a été supprimé comme le stipule  le relevé de décision suite au préavis de grève déposé par FO le 26 octobre 2018.

De la même manière que sont établis des contrats de plus de 300 jours à des salariés (contredisant le discours officiel de ne pas fidéliser et éviter les requalifications en CDI).

De la même manière que sont établis des contrats d’intermittent pour des remplacements de métiers relevant du CDD de droit commun.

De la même manière que des collaborateurs cachetiers soient soumis à un plafonnement de jours de collaboration et d’autres non.

De la même manière que dans certains services le motif de remplacement des temps partiels est autorisé alors que dans d’autres cela n’est pas envisageable.

Manifestement, force est de constater que l’application des règles est à géométrie variable à France 3 Corse ViaStella… C’est ni tout blanc ni tout noir…

FO souhaite rappeler que la seule règle immuable à observer est celle de respecter tous les collaborateurs, en particulier les plus précaires qui se retrouvent aujourd’hui sur le bas-côté de la route dans la perspective d’un avenir très incertain.

Cela suffit !!!  FO demande à la direction d’arrêter de se cacher derrière une règle qui n’en est pas une et exige le retrait des seuils de jours de collaboration annuel pour tous les CDD locaux  qui, pour certains,  œuvrent  depuis des années aux côtés des salariés de France 3 Corse ViaStella à faire de notre chaîne ce qu’elle est aujourd’hui… une chaîne de service public de plein exercice au service de la Corse, des Corses et au-delà.

FO s’engage à tout mettre en œuvre pour défendre les intérêts et l’avenir de cette chaîne ainsi que les personnels qui la font et se réserve le droit d’engager des actions très fortes si cette revendication ne trouve pas un écho favorable auprès de la direction territoriale de France 3 Corse ViaStella.

Lire aussi...